Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Droits et libertés · Année internationale de la femme à l'ONU

Année internationale de la femme à l'ONU

Date de diffusion : 7 mars 1975

1975 avait été proclamé Année internationale de la femme par l'ONU. Cette année-là, le 7 mars, des féministes et des personnalités issues de différents domaines débattent à New York de l'évolution du rôle des femmes dans la société.

Dans ce montage de l'émission Femme d'aujourd'hui, Françoise Faucher présente quelques interventions des sommités réunies par l'ONU. On peut notamment y voir la journaliste italienne Oriana Fallaci interroger l'auteur Alvin Toffler sur l'impact social des nouvelles techniques de procréation.

Année internationale de la femme à l'ONU

• Le 18 décembre 1972, l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies décrète 1975 Année internationale de la femme.

• Le sociologue Alvin Toffler est l'auteur du best-seller Le Choc du futur (1970), un livre où il analyse l'impact social et psychologique de l'accélération des changements technologiques.

• L'une des conférencières, l'Australienne Germaine Greer, publiait en 1971 La Femme eunuque, un manifeste féministe qui eut un retentissement mondial.

Année internationale de la femme à l'ONU

Média : Télévision

Émission : Femme d'aujourd'hui

Date de diffusion : 7 mars 1975

Invité(s) : Jessie Bernard, Oriana Fallaci, Germaine Greer, Marie Langer, Jeanne Martin Cisse, Alla Masevich, Ashraf Pahlavi, Helvi Sipila, Alvin Toffler

Ressource(s) : Françoise Faucher

Durée : 48 min 40 s

Dernière modification :
4 mars 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Les suites du rapport Bird
Radio
9 min 27 s
Vingt ans plus tard, certaines recommandations ont été appliquées, mais des inégalités persistent.
Quel accueil au rapport Bird?
Télévision
30 min 08 s
À l'émission Femme d'aujourd'hui, des invitées se montrent déçues de certaines recommandations du rapport Bird.