Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Terrorisme · Prise d'otages à Ottawa

Prise d'otages à Ottawa

Date de diffusion : 12 mars 1985

Le mardi 12 mars 1985, des terroristes d'origine arménienne prennent en otage onze personnes à l'ambassade de Turquie à Ottawa. À 7 heures du matin, trois hommes armés s'introduisent à l'intérieur de la mission diplomatique après avoir tué le gardien de sécurité. Ils réclament la reconnaissance, par la Turquie, de la responsabilité du génocide arménien de 1915.

Au bulletin de nouvelles de midi, Jean-Michel Leprince explique le dénouement de l'attentat. Daniel L'Heureux précise ensuite le contenu des revendications nationalistes arméniennes.

Après quatre heures de siège, les négociations entre les policiers et les preneurs d'otages aboutissent. À 11 h 15, les employés et la famille de l'ambassadeur sont libérés, indemnes.

Le gardien de sécurité de l'agence Pinkerton, Claude Brunelle, 31 ans, est tué par les terroristes au moment où ils essaient de franchir la grille de sécurité de l'ambassade. L'attentat fait également un blessé. Les policiers trouvent dans un piteux état l'ambassadeur turc Coskun Kirca, 52 ans. Pour éviter les tirs des ravisseurs, le diplomate a sauté d'une fenêtre du deuxième étage.

Chassés de la Turquie en 1915, entre 600 000 et un million d'Arméniens sont morts lors de leur déportation à l'étranger. La nation arménienne s'est par la suite dispersée dans plusieurs pays du Moyen-Orient.

Dans les années 1980, différents groupes se réclamant de l'Armée révolutionnaire arménienne ont réalisé des actes terroristes contre les ambassades turques et leur personnel un peu partout dans le monde, y compris au Canada. Armés de revolvers, de fusils et d'explosifs, les terroristes revendiquaient la reconnaissance par la Turquie du massacre du peuple arménien. Ils exigeaient aussi la fin de l'occupation des terres arméniennes par la Turquie.

Prise d'otages à Ottawa

• L'attentat mobilise une centaine d'agents de police d'Ottawa, de la police provinciale ontarienne et de la GRC.

• Le lendemain des événements, les médias révèlent que deux des trois terroristes, Kevork Marachelian, 35 ans, de Lasalle et Ohannef Noubourian, 30 ans, de Montréal, sont des citoyens canadiens nés en Syrie. Le troisième, Rafi Panos Titizian, 27 ans, un immigré arménien d'origine libanaise, réside à Scarborough, en Ontario.

• Les preneurs d'otages du 12 mars 1985 se réclamaient de l'Armée révolutionnaire arménienne. Responsable de plusieurs assassinats de diplomates au début des années 1980, cette organisation n'a revendiqué aucun attentat depuis 1986.

• L'ambassade de Turquie à Ottawa fut la cible de deux autres attentats commis par des extrémistes arméniens. Le 27 août 1982, l'attaché militaire Atilla Altikat est tué au volant de sa voiture alors qu'il se rendait au travail. Quatre mois plus tôt, le 8 avril, deux balles avaient atteint l'attaché commercial Kemaletin Kani Gungor et l'avaient laissé paralysé.

• Le 19 mars 1985, Joe Clark, le secrétaire d'État aux Affaires extérieures, admet aux Communes que des représentants de l'ambassade turque à Ottawa ont contacté la GRC à deux reprises afin d'obtenir une protection accrue. (Voir le clip Aurait-on pu empêcher la prise d'otages à l'ambassade turque?)

• Le 31 octobre 1986, la justice condamne les trois auteurs de la prise d'otages à la prison à vie pour meurtre au premier degré.

• Contrairement à la Turquie, le Canada et plusieurs pays occidentaux reconnaissent désormais le génocide arménien.

Prise d'otages à Ottawa

Média : Télévision

Émission : Première Édition

Date de diffusion : 12 mars 1985

Ressource(s) : Daniel L'Heureux, Gaétan Lemay, Jean-Michel Leprince, Vince Carlin

Durée : 4 min 56 s

Dernière modification :
20 mars 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Évasion d'Iran
Radio
7 min 50 s
28 janvier 1980
En janvier 1980, après avoir été hébergés pendant 79 jours par des Canadiens, des diplomates américains parviennent à s'enfuir d'Iran.
Mutinerie au pénitencier
Télévision
2 min 38 s
25 juillet 1982
Le soir du 25 juillet 1982 éclate la pire émeute des annales pénitentiaires canadiennes qui coûtera la vie à trois gardiens et deux détenus.