Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Sécurité nationale · Gouzenko, une affaire d'espionnage

Période : 1945 - 1985

Gouzenko, une affaire d'espionnage

En septembre 1945, un employé de l'ambassade soviétique à Ottawa rencontre les autorités canadiennes afin de dénoncer un réseau d'espions. Ce dernier emploie des Canadiens travaillant pour le compte de l'URSS. Une véritable chasse aux espions commence.

icone_tv
7 clips télé
icone_micro
6 clips radio

La défection d'Igor Gouzenko

Date de diffusion : 22 mars 1985

Le 2 septembre 1945 marque la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Le conflit vient donc de se terminer quand Igor Gouzenko fuit l'ambassade soviétique le 5 septembre. Il y travaillait depuis 1943, année de son arrivée au Canada.

Son emploi de commis auprès de l'attaché militaire, le colonel Zabotin, lui a permis d'avoir accès à des documents secrets et d'en connaître les codes. L'édition du 22 mars 1985 de l'émision Le Point nous rappelle les faits.

De crainte de nuire aux relations avec l'URSS, Louis Saint-Laurent, alors ministre de la Justice, refuse de rencontrer le Russe. Un inspecteur de la GRC consent finalement à rencontrer Gouzenko, mais uniquement le jour suivant.

Par peur de la police secrète russe, Gouzenko doit se cacher avec sa femme et son enfant chez des voisins. Les agents du NKVD, la police secrète soviétique, ancêtre du KGB, le poursuivent.

Le soir du 6 septembre, la police d'Ottawa surprend des agents du NKVD en train de fouiller l'appartement de Gouzenko. La GRC intervient et place Gouzenko sous protection.

Le premier ministre Mackenzie King camoufle l'histoire pendant des mois. Il craint une détérioration des relations Est-Ouest si ce cas d'espionnage est révélé.

Le 7 septembre, le gouvernement décide de faire confiance à Gouzenko qui obtient l'asile politique. Les documents saisis sont scrupuleusement examinés. Ils révèlent la présence de nombreux espions au Canada.

Des agents de la GRC protègent Gouzenko et sa famille 24 heures sur 24. Ils sont cachés au camp X, sur le bord du lac Ontario, lieu secret de formation des espions de la GRC.

La défection d'Igor Gouzenko

• Mackenzie King a 70 ans en 1945. Premier ministre du Canada depuis 19 ans, il vient d'être réélu avec une faible majorité. Ce sera son dernier mandat. (Voir le dossier Mackenzie King, une vie au service de l'État)

• En 1948, Gouzenko participe à la sortie simultanée d'un livre et d'un film hollywoodien inspirés de sa vie : The Iron Curtain. Il écrit également un best-seller, The Fall of the Titan, qui recevra le prix du Gouverneur général en 1954.

• Au cours des années, Gouzenko apparaît de façon épisodique à la télévision. Le public n'a jamais vu son visage, toujours dissimulé sous une cagoule.

La défection d'Igor Gouzenko

Média : Télévision

Émission : Plus

Date de diffusion : 22 mars 1985

Invité(s) : John Batza, Peter Benning, Fernande Coulson, Igor Gouzenko, J.L. Granatstein, Roma Joy, Drew Pearson, J.W. Pickersgill, John Sawatsky, Merrily Weisbord, Peter Worthington

Ressource(s) : Pierre Devroede, Simon Durivage, Madeleine Poulin

Durée : 28 min 30 s

Dernière modification :
21 février 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
13 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
La défection d'Igor Gouzenko
Télévision
28 min 30 s
5 septembre 1945
Igor Gouzenko fuit l'ambassade soviétique et révèle au gouvernement canadien l'existence d'un présumé réseau d'espions.
Mort de Gouzenko
Télévision
1 min 37 s
Le transfuge qui a donné son nom à la plus célèbre affaire d'espionnage au Canada meurt en 1982 à Mississauga, en banlieue de Toronto.