Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Sécurité nationale · Lavages de cerveaux financés par la CIA

Lavages de cerveaux financés par la CIA

Date de diffusion : 5 octobre 1988

Entre 1956 et 1963, le docteur Ewen Cameron, psychiatre et directeur de l'Allan Memorial Institute de Montréal, effectue des traitements de « déprogrammation » du cerveau sur des patients atteints de diverses formes de maladies mentales. Le programme est financé par la Central Intelligence Agency (CIA) et soutenu par le gouvernement canadien de l'époque.

Après 30 ans de silence, l'agence de renseignements américaine consent à dédommager neuf Canadiens, qui se partagent 750 000 $. La journaliste Pauline Vanasse s'entretient avec le psychiatre Pierre Lalonde, qui rappelle les expériences réalisées par le docteur Cameron sur ses patients.

En 1951, en pleine guerre froide, des représentants de la CIA et un groupe de psychiatres se seraient retrouvés à Montréal pour préparer le projet « Blue Bird », qui devait servir à l'élaboration de techniques de lavage de cerveau, de conditionnement, de persuasion, de propagande et de contrôle psychologique des masses et de membres d'organisations. Le docteur Cameron, ancien colonel de l'armée américaine, reçoit 25 millions de dollars de Washington pour procéder à des expériences sous le couvert de traitements thérapeutiques.

Au cours des traitements, les patients sont soumis à des chocs psychiatriques extrêmes. Sous l'effet de barbituriques et de LSD, les sujets sont abrutis par des messages enregistrés à répétition. Ils subissent des doses massives d'électrochocs, un sommeil prolongé de plusieurs jours, des douches chaudes ou glacées.

Les électrochocs, procédés de traitement peu maîtrisés à l'époque, sont d'une ampleur de 20 à 40 fois plus élevée que ce qui est normalement prescrit. Les séances duraient cinq heures par jour, cinq jours par semaine, et avaient pour but de « déprogrammer » le cerveau du patient pour le reconstruire comme il faut.

En 1960, la CIA met un terme au financement des recherches secrètes de l'institut Allan Memorial. Le docteur Cameron se tourne alors vers le gouvernement canadien, qui le subventionne jusqu'en 1963. En tout, une cinquantaine de patients ont servi de cobayes lors de ces expériences. Triés sur le volet, ils pouvaient souffrir de schizophrénie mais aussi de dépression situationnelle, comme Linda Macdonald, déprimée par l'arrivée de son cinquième enfant. Comme la plupart d'entre eux, elle n'a jamais consenti aux traitements. Après son passage à l'institut, Mme Macdonald a dû refaire sa vie et réapprendre à lire, écrire, cuisiner.

Lavages de cerveaux financés par la CIA

• En novembre 1992, le gouvernement canadien accepte de dédommager les victimes du docteur Cameron. Même s'ils reçoivent 100 000 $ chacun en compensation, plusieurs affirment que l'argent reçu ne compensera jamais les traumatismes subis.

• C'est Linda Macdonald, résidente de Vancouver, qui, en 1990, a poursuivi le gouvernement fédéral devant les tribunaux.

• Ottawa a toujours nié être au courant des expériences du docteur Cameron.

• L'institut Allan Memorial est le pavillon psychiatrique de l'Hôpital Royal Victoria de Montréal et est rattaché à l'Université McGill. Il est fondé par le docteur Ewen Cameron en 1944.

• Dr Cameron quitte l'Allan Memorial Institute en 1964 pour retourner vivre aux États-Unis jusqu'à sa mort en 1967.

• Ewen Cameron est décrit par son entourage comme un habile négociateur, un administrateur hors pair, un francophobe et un chercheur ambitieux dont le désir était de faire une grande découverte. Dans son livre De l'asile à la santé mentale, Françoise Boudreau révèle que plusieurs de ses pairs doutaient de ses réelles compétences de psychiatre. « Le docteur Cameron était peut-être un génie en administration mais pas en psychiatrie », affirme un collègue de Winnipeg.

• En janvier 1998, CBC, le réseau anglais de Radio-Canada, diffuse la mini-série The Sleep room, inspirée de cette troublante histoire.

• L'implication de la CIA dans cette affaire est mise en lumière au début des années 1980 par la Commission des citoyens pour les droits de l'homme, un organisme financé par l'Église de scientologie, qui produit un exemplaire du rapport classé dans les archives de l'agence.

• Même si la CIA consent 750 000 $ à neuf Canadiens, Washington affirme que cette compensation ne constitue pas un aveu de responsabilité.

Lavages de cerveaux financés par la CIA

Média : Radio

Émission : Présent édition nationale

Date de diffusion : 5 octobre 1988

Invité(s) : Pierre Lalonde

Ressource(s) : Pauline Vanasse, Louis Martin

Durée : 4 min 55 s

Dernière modification :
3 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Gouzenko, une affaire d'espionnage
Dossier
En septembre 1945, un employé de l'ambassade soviétique à Ottawa rencontre les autorités canadiennes afin de dénoncer un réseau d'espions.
Thalidomide : le médicament de la difformité
Dossier
De 1959 à 1962, la thalidomide est administrée aux femmes enceintes pour réguler leurs nausées en début de grossesse.