Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Sécurité nationale · Gerald Bull assassiné à Bruxelles

Gerald Bull assassiné à Bruxelles

Date de diffusion : 23 mars 1990

Les assassins de Gerald Bull ne lui laissent aucune chance le 22 mars 1990. Avec un revolver muni d'un silencieux, ils l'abattent à bout portant de deux balles dans la nuque et de trois balles dans le dos. Vu le caractère extrêmement professionnel de l'exécution, la police belge penche immédiatement pour la thèse d'un attentat commis par des spécialistes. Le journaliste Normand Lester dresse une biographie sommaire du controversé scientifique.

Treize ans après le meurtre, les assassins de Bull courent toujours. Bien que de nombreuses hypothèses aient été émises quant aux commanditaires du crime (tour à tour : les services secrets israéliens, britanniques, américains et irakiens), personne n'a jamais été accusé. Il reste que la plupart des observateurs attribuent cette exécution au Mossad (les services secrets israéliens). La raison? Bull travaillait alors sur un projet de super-canon pour l'Irak.

Quelques mois avant sa mort, son ami et collaborateur Luis Palacio lui avait écrit que le « Mossad pourrait bien lui causer un accident ». Explication : privés des connaissances de Bull, les Irakiens ne pouvaient plus réaliser leur projet de super-canon. Qui plus est, l'ingénieur britannique Chris Cowley a déjà affirmé en entrevue que deux Israéliens avaient emménagé dans l'immeuble du scientifique peu de temps avant sa mort et avaient disparu depuis.

Gerald Bull assassiné à Bruxelles

• Moins d'un mois après l'assassinat de Gerald Bull, la saisie en Grande-Bretagne de huit cylindres métalliques de un mètre de diamètre, destinés à l'Irak, révèle au grand public l'existence du projet de super-canon irakien baptisé projet Babylone. La journaliste Françoise Byrd rapportera alors qu'il ne s'agit pas « d'un simple canon, mais d'une pièce d'artillerie lance-missiles, un super-canon de l'espace qui irait jusqu'à mettre en orbite des satellites ».

• Lorsqu'il a été assassiné, le scientifique canadien transportait avec lui des documents reliés au projet de super-canon irakien Babylone.

• Un prototype du super-canon existait depuis des années en Estrie, sur la propriété de la Space Research Corporation (SRC) fondée par Gerald Bull. Le 19 avril 1990, soit quelques jours après la saisie des pièces en Angleterre, la famille du défunt annoncera que la SRC cesse toutes ses activités.

• Le Mossad passe pour avoir une cellule spécialisée dans les exécutions. Avant chaque assassinat, un « tribunal » secret composé de patrons des services secrets, de militaires, de hauts fonctionnaires, etc., délibère. Si l'accusé « est trouvé coupable, écrit Lester dans son livre sur Bull, le tribunal décide alors s'il doit être ramené de force en Israël. Si cela [est impossible], le tribunal ordonne qu'il soit exécuté ». L'ordre est signé par le premier ministre d'Israël.

Gerald Bull assassiné à Bruxelles

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 23 mars 1990

Ressource(s) : Normand Lester, Charles Tisseyre

Durée : 1 min 50 s

Dernière modification :
29 février 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
La guerre du Golfe éclate
Télévision
27 min 36 s
16 janvier 1991
En ce 16 janvier 1991, Bernard Derome apprend aux auditeurs de Radio-Canada que les États-Unis et leurs alliés viennent de déclarer la guerre à l'Irak.
Camil Samson, chef du Ralliement créditiste du Québec
Télévision
17 min 20 s
22 mars 1970
Personnage coloré du paysage politique québécois, Camil Samson est élu chef du Ralliement créditiste du Québec.