Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Sécurité nationale · L'espion qui venait du froid

L'espion qui venait du froid

Date de diffusion : 29 novembre 1993

Anatoly Maximov travaille pour Moscou lorsqu'il est approché par la GRC à l'occasion de l'Exposition universelle de Montréal, en 1967. L'homme aux multiples identités se livre à de l'espionnage industriel en dérobant des documents confidentiels au Canada. Quelques années plus tard, alors qu'il séjourne au Canada, l'espion soviétique est de nouveau contacté par la GRC. C'est à ce moment-là qu'il décide de collaborer avec la police fédérale, sous certaines conditions. En novembre 1999, il reçoit dans son appartement, à Moscou, la journaliste Paule Robitaille.

L'agent soviétique accepte de collaborer avec la GRC, mais il assortit son aide à certaines conditions. Il exige plusieurs garanties dont un passeport, un compte bancaire en Suisse et un autre à Montréal, une carte American Express, ainsi qu'une lettre du gouvernement Trudeau lui garantissant la citoyenneté canadienne et l'asile politique. Toutes ses conditions seront remplies par le Canada, excepté la lettre.

L'espion qui venait du froid

• Le 14 janvier 1987, un incendie ravage le consulat soviétique à Montréal. Les agents du service secret canadien, dépêchés sur les lieux de l'incident, évacuent, avec minutie, les débris calcinés. Mais au lieu de les acheminer à la carrière Miron, l'endroit normalement prévu, ils les conservent en lieu sûr afin de les analyser. Des spécialistes canadiens, britanniques et américains ont ainsi découvert la nature des mesures de protection et de sécurité utilisées par le service de l'espionnage du consulat, comme la technique de construction des salles d'isolation.

• En 1988, sept diplomates et leurs familles, soupçonnés d'espionnage, sont expulsés et neuf sont interdits de séjour sur le sol canadien. L'URSS, important partenaire commercial du Canada, rétorque en renvoyant à son tour des diplomates canadiens.

• Steven Joseph Ratkai est le sixième Canadien accusé d'espionnage depuis 1962 et le troisième reconnu coupable, après James Morrison et Bower Edward Featherstone. Arrêté à Terre-Neuve, le 11 juin 1988, en possession de documents militaires confidentiels de la marine américaine, il est condamné le 9 mars 1989 à neuf années de prison. Lors de son procès, Steven Ratkai reconnaît s'être livré à des activités d'espionnage pour le compte de l'Union soviétique.

L'espion qui venait du froid

Média : Télévision

Émission : Le Point

Date de diffusion : 29 novembre 1993

Invité(s) : Anatoly Maximov

Ressource(s) : Paule Robitaille

Durée : 8 min 48 s

Dernière modification :
20 décembre 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Des agents canadiens dans la Résistance
Télévision
27 min 52 s
En 1944, Lucien Dumais et Raymond Labrosse mettent sur pied un réseau d'évasion.
Le profil de l'espion
Télévision
5 min 28 s
Loin d'être un James Bond, l'espion doit néanmoins avoir certaines qualités essentielles.