Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Seconde Guerre mondiale · Bernières et Saint-Aubin se rappellent

Bernières et Saint-Aubin se rappellent

Date de diffusion : 8 juin 1964

Vingt ans après le débarquement de Normandie, les habitants de Bernières-sur-Mer et de Saint-Aubin-sur-Mer interviewés par Radio-Canada gardent un souvenir heureux de l'arrivée des troupes canadiennes sur leur plage.

Le soir du 6 juin, plusieurs Français ont sympathisé avec leurs « cousins » du régiment de la Chaudière. La surprise fut grande pour eux d'entendre des soldats des troupes alliées parler français, et d'autant plus avec un accent similaire au vieux normand.

Le régiment de la Chaudière forme la seule unité entièrement canadienne-française du débarquement de Normandie. Le lieutenant-colonel Paul Mathieu, futur sous-ministre de la Défense, dirige ce contingent d'hommes.

D'autres francophones prennent part à l'opération militaire. Le Royal New Brunswick Regiment (NS) compte 40 % d'Acadiens, et la moitié du régiment blindé des Fusiliers de Sherbrooke se compose de francophones. De plus, des Canadiens français sont présents dans les unités d'artillerie, de génie, de blindés et dans le corps médical.

Bernières et Saint-Aubin se rappellent

• Le 6 juin 1944, la troisième division d'infanterie canadienne et la deuxième brigade blindée canadienne libèrent les villages de Courseulles, de Bernières et de Saint-Aubin.

• Pour un grand nombre de Normands, la libération a un prix. Dans la nuit du 5 au 6 juin, les bombardements alliés détruisent des maisons et causent la mort de plusieurs civils.

• Les soldats nommeront Geneviève Éthier de Bois-Lambert marraine du régiment de la Chaudière. Le 6 juin 1944, cette châtelaine de Bernières-sur-Mer héberge des militaires et leur apporte ses soins et sa bénédiction.

• Avant le débarquement, un certain nombre de résistants ont aidé les parachutistes britanniques et canadiens à paralyser des voies de communication.

• En juin 1944, les hommes du 22e régiment combattent toujours les Allemands en Italie.

• Les 24 et 25 août 1944, après une semaine d'insurrection, Paris est libéré par les troupes françaises du général Leclerc. Près de dix mois plus tard, le 7 mai 1945, l'armée allemande capitule dans le nord-ouest de l'Europe.

Bernières et Saint-Aubin se rappellent

Média : Télévision

Émission : Aujourd'hui (1962-1969)

Date de diffusion : 8 juin 1964

Invité(s) : Gérard Leroux

Durée : 13 min 13 s

Dernière modification :
10 novembre 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
La France sous l'Occupation
Radio
5 min 19 s
Après la défaite française de juin 1940, l'Allemagne nazie mobilise des troupes sur ses nouveaux territoires.
De simples soldats sur les plages normandes
Télévision
12 min 58 s
6 juin 1944
Le 6 juin 1944, les forces alliées traversent la Manche et débarquent en Normandie.