Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Seconde Guerre mondiale · Deux erreurs graves de l'offensive nazie

Deux erreurs graves de l'offensive nazie

Date de diffusion : 18 février 1941

Au café du Parlement de Québec, à l'occasion du dîner annuel de l'Association des courriéristes parlementaires, Louis Francœur prononce sa causerie de La Situation ce soir. Devant 200 convives, dont le premier ministre Adélard Godbout et le chef de l'opposition Maurice Duplessis, il explique pourquoi l'Allemagne nazie semble avoir perdu la « deuxième partie » de la guerre.

Selon le journaliste, Hitler n'a pas su prévoir la résistance des Anglais et l'effondrement des Italiens. En février 1941, l'Allemagne se trouve dans la position du conquérant qui ne conquiert plus.

Deux erreurs graves de l'offensive nazie

• L'Italie fasciste avait pour ambition d'édifier son empire colonial en s'emparant de territoires en Europe du Sud et en Afrique.

• En 1939, après avoir été journaliste pour le quotidien La Patrie et pour plusieurs journaux du Québec, Louis Francœur commence sa courte carrière d'annonceur à Radio-Canada. Lors de la déclaration de la guerre à l'Allemagne, en septembre, il traduit sur les ondes les bulletins de nouvelles et les discours des hommes d'État étrangers.

Deux erreurs graves de l'offensive nazie

Média : Radio

Émission : La Situation ce soir

Date de diffusion : 18 février 1941

Ressource(s) : Louis Francoeur

Durée : 14 min 12 s

Dernière modification :
23 mai 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
« La Situation ce soir » avec Louis Francoeur
Radio
16 min 27 s
La plus ancienne causerie de Louis Francoeur aborde l'enrôlement des Canadiens et la création du gouvernement de Vichy.
Propagande allemande
Radio
14 min 25 s
Louis Francoeur décrit la propagande allemande et évoque la possibilité d'une alliance militaire entre le Japon et le IIIe Reich.