Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Prisonniers de guerre · La vie à Slocan et à Lethbridge

La vie à Slocan et à Lethbridge

Date de diffusion : 15 août 1995

Certains camps étaient gérés par des congrégations religieuses, comme le raconte sœur Yvette Pépin, une religieuse catholique qui a enseigné aux enfants japonais internés dans des camps.

Les internés représentent une main-d'œuvre bon marché. Les hommes sont employés à la construction de routes dans le nord de la Colombie-Britannique alors que de nombreuses familles sont transportées dans les fermes de betteraves de l'Alberta et du Manitoba. Mal logés, mal habillés et mal nourris, ils vivent dans des conditions très difficiles. Les familles sont logées soit dans des immeubles abandonnés, occupant chacune quelques mètres carrés, ou dans des cabanes au toit recouvert de toiles de goudrons.

À la fin de la guerre, le gouvernement canadien oblige les Japonais à choisir la déportation vers un Japon ravagé et que certains n'ont même jamais connu ou le déplacement vers l'est des Rocheuses, soit dans les Prairies, en Ontario ou au Québec.

En 1949, le Canada permet aux Japonais qui ont choisi l'exil de revenir au pays s'ils ont un répondant. Cette même année, les Canadiens japonais retrouvent leurs droits de citoyen, dont le droit de vote.

La vie à Slocan et à Lethbridge

• Avant d'accueillir un camp d'internement, Slocan est une ville minière dont les sols sont riches en zinc, plomb, argent, cadmium et or. Aujourd'hui, la région est reconnue pour ses activités de plein air, kayak, canot et camping.

• C'est en Colombie-Britannique qu'il y a eu le plus de prisonniers et d'internés, dont une importante part de Japonais. Viennent ensuite l'Ontario et le Québec où se sont retrouvés essentiellement les Allemands et les Italiens.

• La petite ville de New Denver, sur les bords du lac Slocan, accueille aujourd'hui le Nikkei Internment Memorial Centre, un lieu dédié à l'histoire de l'internement des Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale. Les visiteurs peuvent y visiter, entre autres, une cabane de 4,2 mètres sur 8,5 mètres, dans laquelle vivaient deux familles japonaises.

La vie à Slocan et à Lethbridge

Média : Télévision

Émission : La Bombe – Victoire finale

Date de diffusion : 15 août 1995

Invité(s) : Yvette Pépin

Ressource(s) : Denis-Martin Chabot, André Lamarre

Durée : 7 min 06 s

Dernière modification :
14 octobre 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
22 000 Japonais déplacés dans des camps
Télévision
14 min 17 s
26 février 1942
De 1939 à 1945, le Canada est en guerre. À l'intérieur même de ses frontières, il combat ce qu'il croit être l'« ennemi intérieur ».
Étrangers internés au Canada
Radio
33 min 19 s
Outre les 22 000 Canadiens japonais internés ou déplacés, 632 Italiens ainsi que 847 Allemands et Autrichiens connaîtront les camps.