Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Prisonniers de guerre · Prisonniers allemands en sol canadien

Prisonniers allemands en sol canadien

Date de diffusion : 3 septembre 1995

Pilote de la Luftwaffe, l'armée de l'air allemande, Julius Neumann est fait prisonnier en Angleterre le 18 août 1940 alors que son avion est abattu. En janvier 1941, il est transféré au Canada.

Dans cette entrevue, Julius Neumann évoque ses impressions à son arrivée au port de Halifax à bord du Duchess of York, navire britannique. Il raconte qu'il a alors eu la sensation d'être « arrivé sur une autre étoile ». Face à l'Europe à feu et à sang, le Canada apparaît comme un autre monde à cet officier allemand. Il est surpris par l'abondance de la nourriture, alors qu'en Angleterre, les denrées alimentaires se font rares et les rations sont réduites.

Pendant le trajet en train vers le camp de Neys en Ontario, les prisonniers de guerre tentent de savoir où ils se trouvent. Dans les gares, les noms des villes ont été placardés. Les fenêtres sont givrées pour les empêcher de se repérer, sauf à un endroit où ils lisent : « Bovril ». Les détenus en déduisent qu'ils sont à Bovril. Toutefois, ce nom revient à plusieurs reprises à mesure que le train traverse les gares. Les détenus apprendront plus tard qu'il s'agit d'une affiche publicitaire pour une marque de bouillon…

Prisonniers allemands en sol canadien

• Des vétérans de la Première Guerre mondiale sont affectés au poste de gardien des camps. Cette tâche est également assignée à de jeunes soldats fraîchement enrôlés.

• Les règlements des camps interdisent formellement aux prisonniers de guerre de parler avec les gardiens. Des officiers de l'armée canadienne effectuent régulièrement des tournées d'inspection afin de superviser la sécurité et le fonctionnement des camps.

• Bien que le courrier soit censuré, plusieurs soldats et officiers réussissent à envoyer des messages codés ou écrits à l'encre invisible. Ils entrent ainsi en contact avec des agents de la cinquième colonne, des espions allemands en pays allié.

• Dans les colis sont dissimulés des objets pouvant servir à préparer un projet d'évasion : cartes géographiques du Canada et des États-Unis, certificat d'enregistrement américain, argent, etc.

Prisonniers allemands en sol canadien

Média : Radio

Émission : Entrevue avec Yves Bernard

Date de diffusion : 3 septembre 1995

Invité(s) : Yves Bernard

Ressource(s) : Sonia Perron

Durée : 6 min 59 s

Dernière modification :
20 janvier 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Le Canada, geôlier de l'Empire britannique
Télévision
3 min 45 s
En juin 1940, le Canada accepte d'accueillir sur son territoire les prisonniers allemands capturés par l'Angleterre.
Le camp de Trois-Rivières : une prison dorée?
Radio
6 min 41 s
Les conditions de détention des prisonniers de guerre au pays sont régies par la convention de Genève.