Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Prisonniers de guerre · Le Canada, geôlier de l'Empire britannique

Le Canada, geôlier de l'Empire britannique

Date de diffusion : 11 novembre 1991

Après la capitulation de la France, le 22 juin 1940, Hitler lance une offensive aérienne sans précédent contre l'Angleterre. Face à cette menace d'invasion, Churchill demande au gouvernement canadien d'accueillir les soldats et les officiers allemands capturés par l'armée britannique lors de combats.

Ces prisonniers constituent une menace pour l'Angleterre puisqu'ils peuvent intercepter des informations secrètes et les transmettre aux forces de l'Axe. Les autorités anglaises estiment qu'en envoyant ces détenus de l'autre côté de l'Atlantique, ils ne risquent pas de réussir à retourner combattre en Allemagne même s'ils parviennent à s'évader des camps.

En juin 1940, un premier contingent de 3000 prisonniers de guerre allemands débarquent sur le sol canadien. Arrivés au port de Halifax, ils sont conduits en grand secret par train dans des camps isolés dans le nord de l'Ontario et à Kananaskis dans les Rocheuses, un des premiers camps ouverts au pays.

Au départ, ces camps sont aménagés pour recevoir des Canadiens d'origine italienne, allemande puis japonaise considérés comme de potentiels ennemis (Voir notre dossier L'ennemi intérieur). Par la suite, de nouveaux camps sont uniquement destinés aux prisonniers de guerre allemands.

Le Canada, geôlier de l'Empire britannique

• Jusqu'à la fin de la guerre, le Canada accueille ainsi plus de 35 000 prisonniers allemands, dont plusieurs pilotes, commandants de sous-marins et certains officiers parmi les plus haut gradés de l'armée allemande.

• Hormis le camp de Fredericton, les camps de prisonniers sont répartis dans trois provinces : le Québec, l'Ontario et l'Alberta. Au Québec, plusieurs camps sont situés en Montérégie et en Estrie, plus précisément à Farnham, Grande-Ligne, Sherbrooke et L'Île-aux-Noix.

• Certains camps sont situés à proximité des villes et fermeront rapidement leurs portes parce que jugés dangereux pour la sécurité de la population civile. Le camp de Cove Fields, tout près des plaines d'Abraham, en est un exemple. Classé « temporaire », ce camp ferme ses portes à la fin de l'automne 1940.

• Un des réfugiés détenus au camp de Cove Fields à Québec est nul autre que le petit-fils de l'empereur Guillaume d'Allemagne, le prince Frédéric de Prusse. Cousin du roi d'Angleterre, celui-ci avait préféré suivre ses compatriotes en internement plutôt que d'accepter un poste en Grande-Bretagne.

• Le 30 juillet 1940, l'armée du IIIe Reich s'engage dans la « bataille d'Angleterre ». Hermann Goering, qui dirige la Luftwaffe, l'aviation de combat allemande, doit d'abord maîtriser le ciel au-dessus de la Manche. Les chasseurs britanniques réussissent à tenir en respect la puissante armée de l'air allemande. Le 12 octobre 1940, Hitler renonce à son plan d'invasion.

• Au cours de la bataille, 415 pilotes anglais perdent la vie. Le premier ministre britannique, Winston Churchill, exprime la reconnaissance de ses compatriotes à leur égard en ces mots devenus célèbres : « Jamais dans l'histoire des guerres un si grand nombre d'hommes ont dû autant à un si petit nombre. »

Le Canada, geôlier de l'Empire britannique

Média : Télévision

Émission : Le Point

Date de diffusion : 11 novembre 1991

Invité(s) : Wolfgang Bull, Hans Deibl, Julius Neumann, Martin Prugel

Ressource(s) : Yves Bernard

Durée : 3 min 45 s

Dernière modification :
19 janvier 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip