Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Guerre du Vietnam · Aide humanitaire canadienne aux Vietnamiens

Aide humanitaire canadienne aux Vietnamiens

Date de diffusion : 7 mai 1970

D'abord timide, l'aide canadienne au Vietnam augmente au fur et à mesure que le conflit entre les États-Unis et le Nord Vietnam s'envenime. En mai 1970, la journaliste Marie-Josée Dulac et le docteur Michel Dupuis tracent un bilan de la participation canadienne au Vietnam dans le domaine médical depuis le début des années 1960. Le Canada fournit aussi une aide plus largement humanitaire telle que : distribution de denrées alimentaires, fourniture de matériel scolaire, envoi de personnel enseignant, formation professionnelle, construction d'infrastructures, comme des écoles et des routes, etc.

Le Dr Dupuis n'a pas que des blessés de guerre à traiter et déplore que, malgré l'aide apportée, le peuple vietnamien manque encore de soins. Mais, ajoute-t-il, « nous ne tenons pas de statistiques. Nous traitons les malades, simplement. » Les malades du Sud Vietnam, pourrait-il préciser... Car si le Canada prend seul, en partie du moins, l'initiative de soutenir le Vietnam, il n'achemine son aide que dans le sud du pays. Et si l'aide va croissant, ce n'est pas seulement parce que les victimes de la guerre augmentent.

Pour Washington, l'équation est simple. Plus le monde libre accordera son aide au Sud Vietnam, fût-elle humanitaire, plus il se liguera contre le communisme, légitimant du même coup la politique guerrière américaine. Le Canada, déjà partial au sein de la Commission internationale de surveillance et de contrôle (CISC), ne manque pas de répondre à l'appel. Mais pour éviter tout conflit d'intérêt avec la CISC, le gouvernement fédéral achemine l'aide au Vietnam en vertu du plan de Colombo et par le biais de la Croix-Rouge canadienne.

Aide humanitaire canadienne aux Vietnamiens

• Le plan de Colombo est conçu au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en 1950. Il est ainsi nommé parce qu'il a été signé dans la ville de Colombo, au Ceylan, aujourd'hui le Sri Lanka. Il consiste en un programme de développement et d'assistance économique, dans le cadre duquel le Canada achemine de l'aide au Sud Vietnam dès le début des années 1950. Ce sont d'abord les pays du Commonwealth qui y adhèrent, bientôt suivis des États-Unis, un partenaire financier de première importance, et de la majorité des pays d'Asie méridionale.

• Le plan de Colombo est en partie responsable de l'immigration vietnamienne au Québec dans les années 1950 et 1960. Un programme de bourses d'études permet en effet à des Sud-Vietnamiens de venir étudier dans la province. L'objectif est double : faire bénéficier le pays d'origine d'une main-d'œuvre compétente, et exporter la façon de faire, voire de vivre, des Occidentaux. Mais une fois leur formation complétée, nombre de Vietnamiens refusent de retourner au pays, en raison de la situation précaire qui y sévit.

Aide humanitaire canadienne aux Vietnamiens

Média : Radio

Émission : Présent 2e édition nationale

Date de diffusion : 7 mai 1970

Invité(s) : Michel Dupuis

Ressource(s) : Marie-Josée Dulac, Jean Paré

Durée : 7 min 21 s

Dernière modification :
2 septembre 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Un médiateur impartial?
Radio
4 min 23 s
Malgré son rôle officiel de médiateur, le Canada semble se placer dans une position pour le moins ambiguë.
Guerre du Vietnam : la position du Canada contestée
Télévision
24 min 42 s
Plus la guerre au Vietnam s'enlise, plus les critiques se font sévères à l'endroit du gouvernement canadien.