Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Désordres civils · Crise d'Oka : la pinède s'enflamme

1990

Crise d'Oka : la pinède s'enflamme

Au cours de l'année 1990, des Mohawks de la région montréalaise s'opposent à l'agrandissement du golf de la municipalité d'Oka. Les autochtones revendiquent la propriété du terrain convoité pour le projet. Du 11 mars au 26 septembre, à Kanesatake puis à Kahnawake, un groupe d'entre eux, les warriors, bloquent des routes que les policiers tentent de dégager sans succès. La crise ne se termine qu'avec l'intervention de l'armée.

icone_tv
12 clips télé
icone_micro
11 clips radio

« Pas de golf sur nos terres »

Date de diffusion : 1er avril 1989

En mars 1989, Jean Ouellette, le maire d'Oka, dévoile son projet d'agrandir le golf de la ville en empiétant sur un cimetière ancestral amérindien. Il songe aussi à construire de luxueux immeubles en copropriété à même des terres ancestrales revendiquées par les Mohawks.

Le 1er avril 1989, 200 des 1300 Mohawks de Kanesatake, établissement indien qui avoisine Oka, manifestent pacifiquement contre le projet d'extension du golf municipal. Dans ce reportage du Téléjournal, le journaliste Jacques Rivard explique les revendications des autochtones et la position du maire d'Oka.

En 1721, les sulpiciens déplacent un groupe d'Iroquois catholiques établis dans le nord de l'île de Montréal vers la seigneurie du Lac-des-Deux-Montagnes, où se trouvent aujourd'hui Oka et Kanesatake.

Depuis le 18e siècle, les Amérindiens de Kanesatake réclament aux sulpiciens les titres de propriété de ces terres. La communauté religieuse refuse cependant de leur léguer. En 1945, le gouvernement fédéral achète les terrains et les met à la disposition des Mohawks.

« Pas de golf sur nos terres »

• Au 18e sièclef, le roi Louis XV concède la seigneurie du Lac-des-Deux-Montagnes aux prêtres de Saint-Sulpice, mais il leur demande en contrepartie d'y établir une mission au service des Indiens ainsi que d'y construire une église et un fort.

• Au début du 20e siècle, les sulpiciens vendent des terres aux Blancs, qui fondent alors Oka. Les Amérindiens voient des Blancs acheter des terres qu'ils revendiquent, alors qu'eux en ont un usage limité.

• En 1945, avec l'achat des propriétés des sulpiciens par le gouvernement fédéral, les Amérindiens peuvent demeurer sur le territoire de Kanesatake. Ottawa ne leur accorde toutefois aucun titre de propriété. Il leur remet plutôt un « certificat de possession » des terres et leur permet certaines activités dont la coupe du bois.

• Les terres de Kanesatake ne constituent pas une réserve amérindienne, mais sont classées comme « terres de la Couronne ».

• La nation mohawk, de la famille iroquoise, est établie dans le nord-est de l'Amérique du Nord. Au Québec, les communautés des Mohawks sont concentrées autour de Montréal, à Kahnawake, Kanesatake et Akwesasne.

• En 2005, plus de 13 000 personnes vivaient dans les communautés mohawks du Québec. Si l'anglais est la langue d'usage de la majorité de ces Amérindiens, la langue mohawk est encore parlée par plusieurs.

« Pas de golf sur nos terres »

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 1er avril 1989

Invité(s) : Mary Nicholas, Jean Ouellette, Clarence Simon, Konrad Sioui

Ressource(s) : Suzanne Laberge, Jacques Rivard

Durée : 2 min 27 s

Dernière modification :
22 octobre 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
23 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Alanis Obomsawin, cinéaste
Radio
17 min 13 s
Alanis Obomsawin parle à Johane Despins de son quatrième documentaire sur la crise autochtone de 1990.