Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Désordres civils · Oka en crise

Oka en crise

Date de diffusion : 11 juillet 1990

Le 11 juillet 1990, une centaine de policiers de la Sûreté du Québec chargent la barricade des warriors dans la pinède aux abords du terrain de golf d'Oka. Les forces de l'ordre envoient des gaz lacrymogènes qui obligent les warriors à reculer. Une fusillade fait un mort, le caporal Marcel Lemay.

Au Téléjournal, les journalistes Céline Galipeau et Louise Beaudoin font état de cette journée mouvementée.

Après la fusillade d'Oka , la police se retire de la pinède. Un groupe armé de Mohawks s'empare d'un bélier mécanique et crée une barricade plus imposante, à l'aide des voitures de police abandonnées. À huit kilomètres à l'ouest, les Mohawks érigent un second barrage. Une fois la bataille terminée, quelques centaines de policiers encerclent Kanesatake et installent un périmètre de sécurité.

Les warriors bloqueront la route 344, à l'entrée d'Oka, jusqu'à la fin du mois d'août.

En guise d'appui aux Mohawks de Kanesatake, leurs frères de Kahnawake érigent des barricades dans la journée du 11 juillet. Ils paralysent les routes stratégiques qui traversent leur réserve et bloquent l'accès au pont Honoré-Mercier. Aussitôt, les policiers de la Sûreté du Québec mettent en place des barrages en face de ceux des Amérindiens.

La fermeture du pont Mercier pose problème. Des dizaines de milliers de banlieusards qui travaillent à Montréal doivent modifier leur trajet. Tous les ponts de la Rive-Sud se trouvent engorgés aux heures de pointe.

Oka en crise

• La veille de l'intervention policière du 11 juillet, le maire Jean Ouellette avait demandé à la Sûreté du Québec d'appliquer l'injonction de la Cour supérieure ordonnant de faire tomber les barricades des warriors.

• Dès le 12 juillet 1990, le ministre délégué aux Affaires autochtones John Ciaccia négocie avec les Mohawks derrière leurs barricades. Le lendemain, il demande à Ottawa d'agir au plus vite.

• Le soir du 12 juillet, des citoyens en colère de la Rive-Sud de Montréal manifestent devant les barricades qui bloquent le pont Mercier. Ces démonstrations, qui s'accompagnent parfois d'actes racistes, se poursuivent régulièrement jusqu'en septembre.

• Le 14 juillet, le ministre Ciaccia informe les médias qu'il a conclu avec les insurgés de Kanesatake une entente de principe prévoyant, entre autres choses, la réouverture du pont Mercier et la réduction des forces policières en présence à Oka. Les warriors de Kahnawake rejettent l'entente conclue avec les autres Mohawks.

• Dans la région d'Oka, 3148 personnes, dont 625 Mohawks du territoire de Kanesatake, ont dû quitter leur demeure en raison de la crise.

Oka en crise

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 11 juillet 1990

Invité(s) : John Cree

Ressource(s) : Louise Beaudoin, Julien Bilodeau, Céline Galipeau

Durée : 3 min 45 s

Dernière modification :
8 juin 2010


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Fin de siège pacifique au lac Gustafsen
Radio
7 min 43 s
17 septembre 1995
En Colombie-Britannique, l'occupation illégale d'un ranch par des autochtones cesse grâce à l'intervention d'un chaman.
Un chaman met fin à la crise
Télévision
1 min 45 s
17 septembre 1995
Le conseiller spirituel John Stevens convainc les rebelles autochtones de se rendre aux policiers de la GRC.