Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Crimes de guerre · Rwanda, le génocide annoncé

Période : 1994 - 2004

Rwanda, le génocide annoncé

Entre avril et juillet 1994, 800 000 Rwandais, hommes, femmes et enfants, sont massacrés. La communauté internationale n'a pas su empêcher ces 100 jours de carnage, malgré la présence des Casques bleus de l'ONU dirigés par le général canadien Roméo Dallaire. Ce troisième génocide de l'histoire du 20e siècle laisse un pays déchiré, malgré le lent travail de reconstruction entrepris depuis. Nous devons mettre en garde les internautes : certaines images contenues dans ce dossier sont traumatisantes.

icone_tv
7 clips télé
icone_micro
9 clips radio

Les racines du génocide

Date de diffusion : 7 avril 1994

Le 6 avril 1994, l'avion ramenant le général Juvénal Habyarimana d'une conférence à Dar es-Salaam, en Tanzanie, sur les crises au Rwanda et au Burundi est abattu par un missile dont la provenance ne sera jamais confirmée. Le lendemain, les troubles éclatent à Kigali et dans tout le pays, explique Linda Carroll, vice-consul du Canada au Rwanda.

L'avion transportait également le président burundais Cyprien Ntaryamira, investi à la tête de son pays à peine trois mois plus tôt.

Pourtant, un espoir d'apaisement semblait prendre racine au Rwanda. Le 4 août 1993, le gouvernement et le Front patriotique rwandais (FPR) signaient un accord de paix à Arusha, en Tanzanie. Cet accord prévoyait un gouvernement de transition à base élargie, qui devait inclure le FPR et les cinq partis membres de la coalition gouvernementale.

L'entente signée à Arusha devait également déboucher sur la formation d'une nouvelle armée nationale, formée à 60 % des effectifs de l'armée régulière et à 40 % d'hommes issus de la rébellion.

En novembre 1993, des membres de la Mission des Nations unies pour l'assistance au Rwanda (MINUAR), commandée par le général canadien Roméo Dallaire, arrivent à Kigali. Leur rôle est d'aider les Rwandais à appliquer l'accord de paix d'Arusha. La MINUAR a pour mandat d'assurer la sécurité de Kigali et du pays en général, de superviser l'accord de cessez-le-feu, mais aussi de contrôler le processus de rapatriement de Rwandais réfugiés.La MINUAR est un outil de maintien de la paix. Son cantonnement dans ce rôle lui sera reproché après les événements d'avril à juillet 1994.

Les racines du génocide

• En juin 1993, l'ONU met en place la Mission d'observation des Nations unies en Ouganda-Rwanda (MONUOR), dont le mandat est d'observer la frontière entre les deux pays et de s'assurer qu'aucune aide militaire ne parvienne au Rwanda.

• Lorsque le génocide débute, la Mission des Nations unies pour l'assistance au Rwanda, qui a intégré la MONUOR, comptait 2500 Casques bleus.

• En tout, des Casques bleus de 23 pays ont participé à la mission.

• Dès son arrivée au Rwanda en 1993, le général Dallaire transmet pour approbation un projet de règles d'engagement de la MINUAR. Il y inclut une disposition autorisant la mission à intervenir, même par la force armée, en cas de crime contre l'humanité. Sa requête ne recevra jamais de réponse formelle.

• Le 11 janvier 1994, le général Dallaire fait parvenir un message à New York indiquant qu'un informateur lui a dévoilé la préparation de l'assassinat de soldats belges et de l'extermination des Tutsis de Kigali.

• Certaines informations communiquées au secrétariat de la MINUAR par le général Dallaire sont jugées contradictoires, et Kofi Annan refuse que le mandat de la mission soit élargi, insistant pour que la MINUAR s'en tienne à sa mission première.

• Tout au long des mois qui ont précédé l'assassinat du président rwandais et le début du génocide, les représentants de la MINUAR sur le terrain ont tenté de mettre en garde les instances onusiennes contre ce qui se préparait.

Les racines du génocide

Média : Radio

Émission : Les Actualités (radio)

Date de diffusion : 7 avril 1994

Invité(s) : Linda Carroll, Philippe Rentjens, Amedi Ul Abdallah

Ressource(s) : Dominique Lapointe, Marie-Hélène Poirier

Durée : 19 min 42 s

Dernière modification :
4 juin 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
16 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Léon Mugesera au banc des accusés
Télévision
11 min 38 s
31 octobre 1994
Le journaliste Raymond Saint-Pierre dévoile son enquête sur Léon Mugesera, un activiste politique hutu accusé d'incitation au génocide.
Des religieuses fuient le Congo
Radio
5 min 22 s
1er décembre 1964
Alors que le Congo-Kinshasa est déchiré par une guerre civile, des religieuses canadiennes doivent fuir le pays.