Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Crimes de guerre · Criminels de guerre, un passé qui hante

Période : 1982 - 2004

Criminels de guerre, un passé qui hante

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, des criminels de guerre nazis et des collaborateurs du régime entrent librement au Canada. Quarante ans plus tard, le gouvernement canadien ignore toujours leur nombre. Une honte selon les organisations juives, outrées de voir les victimes vivre côte à côte avec leurs anciens bourreaux. En 1985, la commission Deschênes vient clarifier la question. Malgré une présence moins importante que prévue, les solutions judiciaires pour les punir demeurent complexes.

icone_tv
11 clips télé
icone_micro
7 clips radio

Helmut Rauca, premier criminel de guerre extradé

Date de diffusion : 4 novembre 1982

Le 4 novembre 1982, le juge Gregory Evans de la Cour suprême de l'Ontario rend un jugement historique. Il autorise l'extradition du présumé criminel de guerre nazi de 73 ans, Albert Helmut Rauca, accusé de l'exécution de 11 584 personnes, surtout des juifs d'origine lituanienne, durant la Seconde Guerre mondiale. Rauca devient ainsi le premier à affronter la justice canadienne et à subir l'expulsion du pays pour des crimes commis dans le cadre de la « solution finale » d'Hitler.

Comme l'explique le journaliste Jean-Yves Michaud, le juge a rejeté les arguments de la défense qui invoquait la Charte des droits et libertés pour éviter l'expulsion de son client.

Rauca porte cependant la décision en appel. Mais peine perdue puisqu'en avril 1983, la Cour d'appel de l'Ontario maintient le verdict d'expulsion. L'ancien chef adjoint des SS a été arrêté à son domicile de Toronto le 20 juin 1982, à la suite d'un avis de recherche lancé par le parquet de Francfort. La justice allemande a exigé le retour de Rauca pour qu'il subisse son procès. Le souhait de l'ex-République fédérale d'Allemagne se concrétise le 20 mai 1983.

Le séjour de Rauca à la prison de Kassel, dans la région de Hesse, reste toutefois de courte durée puisqu'il meurt quelques mois plus tard, en novembre 1983.

Helmut Rauca, premier criminel de guerre extradé

• Les exactions d'Helmut Rauca se sont déroulées au camp de Kaunas en Lituanie.

• Rauca est entré au Canada en toute légalité en 1950.

• En 1956, il obtient sa citoyenneté canadienne.

• La décision d'expulser Rauca du pays, portée devant la Cour d'appel de l'Ontario, a été maintenue à l'unanimité par les cinq juges.

• Après son arrestation, le 20 juin 1982, Rauca a refusé de verser les 150 000 $ de caution pour sa libération, et ce, afin de protéger sa vie. Finalement, tout cautionnement a été annulé après l'argumentation des accusations de l'Allemagne de l'Ouest

• Les documents qui doivent autoriser l'extradition d'Helmut Rauca sont signés le 17 mai 1983, soit trois jours avant son départ, par le ministre canadien de la Justice Mark MacGuigan. Cependant, la date du transfert de Rauca est demeurée secrète pour des raisons de sécurité.

• Le 22 novembre 1982, Rauca rédige une lettre ouverte dans laquelle il nie sa culpabilité.

• L'autopsie effectuée sur le corps de Rauca confirme qu'il est décédé d'une mort naturelle.

Helmut Rauca, premier criminel de guerre extradé

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 4 novembre 1982

Invité(s) : Irving Cotler, William Parker

Ressource(s) : Bernard Derome, Jean-Yves Michaud

Durée : 1 min 46 s

Dernière modification :
28 janvier 2011


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
18 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
L'Allemagne capitule
Radio
26 min 08 s
8 mai 1945
Le 8 mai 1945, l'Allemagne nazie capitule et les Alliés entrent dans la phase finale de la Seconde Guerre mondiale.
Les soldats canadiens quittent l'Allemagne
Télévision
8 min
13 juillet 1993
Après plusieurs mois de préparation, les derniers représentants de l'Armée canadienne quittent les deux bases allemandes de Baden-Soellingen et de Lahr.