Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Crimes de guerre · « Une orgie de violence »

« Une orgie de violence »

Date de diffusion : 10 avril 1994

Le journaliste de l'émission Dimanche magazine Léo Kalinda, lui-même d'origine rwandaise et dont de nombreux proches sont morts pendant le génocide, explique la situation au Rwanda, trois jours après le début des massacres. Il dresse un portrait des forces en présence et de l'implication de la France dans ce pays.

À l'écoute de ce reportage, il est encore difficile d'imaginer les exactions subies par les Tutsis et les Hutus modérés pendant 100 jours.

La presse internationale révèle les massacres dans les jours suivant les assassinats de Habyarimana, Ntaryamira et Uwilingiyimana. « La situation vire au chaos », titre Le Devoir du 9 avril. « L'ONU mesure son impuissance », renchérit le quotidien français Le Monde, soulignant que les Casques bleus, ne pouvant tirer qu'en cas d'autodéfense, n'ont rien pu faire pour sauver Agathe Uwilingiyimana, qui avait tenté d'échapper à la garde présidentielle en se réfugiant dans les locaux des volontaires de l'ONU. Dix Casques bleus belges chargés de sa protection sont également assassinés.

La frénésie de violence des extrémistes hutus qui ont participé aux massacres – des miliciens baptisés Interahamwe – est attisée par les médias rwandais, et plus particulièrement par la Radio-Télévision libre des Mille Collines. Au Rwanda comme dans de nombreux pays pauvres où le taux d'analphabétisme est élevé, la radio demeure le moyen de communication le plus efficace.

Radio Mille Collines appelle les Hutus à « remplir les tombes » et à « exterminer les cafards ». Les animateurs donnent sur les ondes les noms et les adresses de Tutsis et de Hutus modérés à éliminer. Les Casques bleus belges sont également dans la mire de cette radio privée.

« Une orgie de violence »

• Agathe Uwilingiyimana devient membre du Mouvement démocratique républicain, dans l'opposition, en janvier 1992. La même année, elle est nommée ministre de l'Éducation par le premier ministre Dismas Nsengiyaremye dans le premier gouvernement de coalition.

• D'origine hutue, la première ministre dira dans une de ses dernières entrevues : « Je suis une Rwandaise et je suis une personne. J'ai un rôle à jouer pour mon pays et que je sois homme ou femme, Hutue ou Tutsie, n'a aucun intérêt. »

• La première semaine du génocide, plus de 20 000 personnes sont tuées. Les femmes et les jeunes filles tutsies sont violées avant d'être exécutées.

• Du 9 au 14 avril, la France et la Belgique lancent l'opération Amaryllis, qui a pour but d'évacuer leurs ressortissants et certains Rwandais, dont la famille du président Habyarimana.

• Dès le 25 mai 1994, la Commission des droits de l'homme des Nations unies qualifie les massacres de génocide.

• Le génocide au Rwanda fait partie des quatre génocides reconnus par l'ONU, aux côtés du génocide arménien perpétré par les Turcs en 1915, des génocides juif et tzigane commis en Allemagne, en Pologne et en France par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, et du génocide de musulmans bosniaques commis par les Serbes en ex-Yougoslavie en 1995.

• Le caractère génocide d'autres massacres est en discussion : la traite des Noirs; le massacre et la déportation des Azéris par le gouvernement arménien en 1905 et 1906; et le massacre de la population noire au Darfour dans l'ouest du Soudan, au début du 21e siècle.

« Une orgie de violence »

Média : Radio

Émission : Dialogue

Date de diffusion : 10 avril 1994

Invité(s) : Jean-Pierre Chrétien, Alison Desforges, Elikia Mbokolo, Guy Theunis, Agathe Uwilingiyimana

Ressource(s) : Léo Kalinda, Daniel Raunet

Durée : 18 min 07 s

Dernière modification :
10 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
De la colonisation à la guerre de 1990
Radio
11 min 21 s
Des réfugiés tutsis armés tentent de revenir au Rwanda, déclenchant une vague de violence et une riposte armée du gouvernement.
Les racines du génocide
Radio
19 min 42 s
L'attentat qui cause la mort du président Juvénal Habyarimana met le feu aux poudres au Rwanda. Le jour même, le génocide débute.