Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Conflits au Moyen-Orient · Le Parlement réaffirme son appui à la guerre du Golfe

Le Parlement réaffirme son appui à la guerre du Golfe

Date de diffusion : 22 janvier 1991

Si le Parti conservateur de Brian Mulroney adopte la ligne dure à l'endroit de l'Irak, les partis d'opposition veulent poursuivre le dialogue plutôt que d'engager la nation dans le conflit. Le Nouveau Parti démocratique d'Audrey McLaughlin tient ce discours depuis le début de la crise. Du côté du Parti libéral, son chef, Jean Chrétien, oppose un non catégorique à l'engagement du Canada dans le conflit, mais il change son fusil d'épaule dès le début des hostilités.

Aussi bien au Canada qu'aux États-Unis, les différents sondages démontrent que jusqu'à 70 % de la population est en désaccord avec une intervention armée. Par contre, l'organisation de manifestations est loin d'être un succès. Le 13 janvier, à peine 25 000 manifestants défilent dans les rues de 32 villes canadiennes. À leurs yeux, le conflit ne peut être justifié par la défense des intérêts pétroliers, en particulier ceux des Américains.

Au fur et à mesure que le conflit progresse, l'opinion publique se transforme. À la mi-février, 64 % des Canadiens et 53 % des Québécois appuient les opérations militaires canadiennes. Le gouvernement n'hésite pas à sonder la population pour mettre à l'épreuve ses décisions. Ainsi, Mulroney refuse d'envoyer des troupes au sol après que 42 % de la population se porte contre cette mesure. Cependant, avec l'appui de 78 % des Canadiens, il autorise l'utilisation de CF-18.

Le Parlement réaffirme son appui à la guerre du Golfe

• Les coûts de la guerre sont hallucinants. Les États-Unis dépensent pour la guerre du Golfe 640 millions de dollars par jour. D'après un rapport du ministère de la Défense, les contribuables canadiens, de leur côté, ont payé une facture de plus d'un milliard de dollars pour l'ensemble des opérations.

• La crainte de la population de voir de jeunes soldats canadiens mourir au combat incite le gouvernement à ne pas dépêcher de troupes de l'armée de terre au Golfe. Une décision qui choque les officiers de ce corps, qui auraient bien voulu envoyer des brigades d'élite dans la mêlée et ainsi contribuer au même titre que les armées de l'air et navale.

Le Parlement réaffirme son appui à la guerre du Golfe

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 22 janvier 1991

Invité(s) : Jean Chrétien, Barbara McDougall, Audrey McLaughlin, Brian Mulroney, Marcel Prudhomme

Ressource(s) : Bernard Derome, Daniel Lessard

Durée : 2 min 23 s

Dernière modification :
12 janvier 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Règlement de comptes avec le Koweït
Radio
8 min 06 s
Depuis l'invasion du Koweït par l'Irak, le 2 août 1990, Saddam Hussein est sous la lorgnette du monde entier.
Triste jour de l'An
Télévision
2 min 28 s
Le 1er janvier 1991, des troupes fraîches de la marine canadienne sont appelées à remplacer celles en poste dans le Golfe depuis le mois de septembre.