Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Guerres et conflits · Conflits au Moyen-Orient · 1991 : le Canada en guerre

1991 : le Canada en guerre

Date de diffusion : 17 janvier 1991

Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, le Canada déclare la guerre à un autre pays. Avec près de 2000 hommes, trois navires, 26 avions de chasse CF-18, un avion ravitailleur et un hôpital de campagne, le pays constitue la quatrième armée en termes d'importance militaire parmi les 13 pays occidentaux de la coalition.

Le général en chef des Forces armées canadiennes, John de Chastelain, explique le rôle du Canada dans le conflit.

L'aviation canadienne exécute 56 missions de bombardement au Koweït et en Irak. Le rôle du Canada consiste d'abord à escorter les navires de la coalition. Par la suite, cette même responsabilité est exercée auprès des bombardiers, lors de l'offensive aérienne. Le 24 février, le Canada effectue une première attaque air-sol depuis la Seconde Guerre mondiale. Huit CF-18 larguent 64 bombes sur des positions d'artillerie irakiennes. Pendant les cinq semaines du conflit, les aviateurs canadiens n'ont jamais été confrontés à des appareils irakiens. D'ailleurs, pas un seul Canadien n'est blessé dans le conflit.

Dès le début de la crise, en août 1990, le premier ministre Brian Mulroney prône la fermeté envers Saddam Hussein. Il rencontre quelques jours plus tard George Bush (père), avec qui il est très proche. Mulroney s'empresse d'offrir son aide aux Américains. Le 24 août, trois navires quittent le port d'Halifax à destination du golfe Persique. Deux semaines plus tard, le Canada envoie une quinzaine d'avions de chasse CF-18. Le pays joue aussi un rôle clé durant la crise alors qu'il est l'un des membres provisoires du Conseil de sécurité de l'ONU.

1991 : le Canada en guerre

• Pendant toute la crise, Brian Mulroney est le chef d'État de la coalition multinationale qui est le plus souvent consulté par le président George Bush. Par exemple, quelques heures avant le déclenchement de l'opération « Tempête du désert », le 16 janvier, Mulroney sera le premier à apprendre la nouvelle du président américain, avant le président soviétique, Mikhaïl Gorbatchev. Il sera également avisé de l'annonce officielle du cessez-le-feu, le 27 février, avant tout le monde.

• Lorsque la crise éclate, environ 500 détenteurs de passeports canadiens se trouvent en Irak et 300 autres au Koweït. Grâce aux efforts exceptionnels des diplomates canadiens et d'une certaine confusion des autorités irakiennes, 90 % d'entre eux réussissent à quitter les deux pays à la fin septembre. Le 6 décembre 1990, tous les otages du régime irakien sont libérés.

1991 : le Canada en guerre

Média : Télévision

Émission : Édition magazine

Date de diffusion : 17 janvier 1991

Ressource(s) : Suzanne Laberge, Julie Miville-Dechêne

Durée : 2 min 21 s

Dernière modification :
12 janvier 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Règlement de comptes avec le Koweït
Radio
8 min 06 s
Depuis l'invasion du Koweït par l'Irak, le 2 août 1990, Saddam Hussein est sous la lorgnette du monde entier.
Triste jour de l'An
Télévision
2 min 28 s
Le 1er janvier 1991, des troupes fraîches de la marine canadienne sont appelées à remplacer celles en poste dans le Golfe depuis le mois de septembre.