Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Environnement · Pollution · Il pleut à mourir!

Période : 1970 - 2004

Il pleut à mourir!

À la fin des années 1970, les lacs s'acidifient, les poissons meurent et les pluies acides deviennent le principal problème environnemental du Canada. Le phénomène étant en partie dû aux émissions polluantes américaines, de difficiles pourparlers s'engagent entre les gouvernements canadien et américain. Retour sur l'époque où la qualité de l'environnement est devenue l'une des premières préoccupations des Canadiens.

icone_tv
10 clips télé
icone_micro
5 clips radio

Il pleut du vinaigre!

Date de diffusion : 26 octobre 1979

Le 26 octobre 1979, la télévision de Radio-Canada présente son premier reportage sur la question des pluies acides. Bien que les scientifiques aient commencé à se pencher sur la question dès le début des années 1970, le phénomène est encore méconnu en Amérique du Nord. Le ministère canadien de l'Environnement prévoit alors que la majeure partie des lacs de l'est du Canada seront devenus acides dans les 10 à 20 ans.

L'heure est grave. John Fraser, alors ministre canadien de l'Environnement, n'hésite pas à qualifier les pluies acides du « plus grave danger » à peser sur notre environnement. Et pour cause. Le ministère de l'Environnement évaluait en 1977 que les coûts liés aux pluies acides s'élevaient à 285 millions par année, dont 70 millions pour les seules peintures des maisons, sans compter les dégâts inestimables causés à la faune et à la flore.

Hormis le transport automobile, qui génère une bonne part des émissions d'oxydes d'azote (NOX), l'industrie métallurgique et les centrales thermiques sont considérées comme les principales responsables des précipitations acides. Ce sont elles qui envoient le plus de dioxyde de soufre (SO2) dans l'atmosphère. Sous forme de fines particules, le SO2 peut voyager jusqu'à 1500 km avant de retomber au sol par le biais de précipitations dites acides.

Il pleut du vinaigre!

• Pour mesurer l'acidité d'un liquide, les scientifiques utilisent l'échelle du pH. Plus le pH est faible, plus le liquide est acide. Normalement, les précipitations non polluées ont un pH de 5,6. Or, en 1979, certaines pluies qui s'abattent sur l'est du Canada ont un pH de 2,2. Ce qui signifie qu'elles sont plus acides que le vinaigre commercial, qui a un pH de 3!

• Les précipitations acides ne causent pratiquement pas de problèmes dans l'ouest du Canada. La raison? Les systèmes aquatiques et terrestres des provinces de l'Ouest sont suffisamment alcalins pour neutraliser naturellement les pluies acides. Ce qui n'est pas le cas pour l'Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, dont les sols reposent sur le bouclier canadien, une formation rocheuse précambrienne.

Il pleut du vinaigre!

Média : Télévision

Émission : Ce soir

Date de diffusion : 26 octobre 1979

Invité(s) : Raymond Brouzes, Paul Choquette, Pierre Vincent

Ressource(s) : Gérard-Marie Boivin, Guy Lamarche

Durée : 10 min 25 s

Dernière modification :
10 avril 2003


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
15 clips dans ce dossier . page