Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Environnement · Pollution · Une pollution de cochons

Période : 1978 - 2004

Une pollution de cochons

Le débat des mégaporcheries déchire le Québec depuis maintenant plus de 30 ans. D'un côté, une industrie du porc puissante qui exporte ses produits aux États-Unis et au Japon. De l'autre, des citoyens ruraux qui n'aiment pas l'odeur du fumier, certes, mais qui s'inquiètent surtout des ravages de cette industrie sur l'environnement. Des dizaines de rivières polluées, et des milliers d'emplois à la clé : le cochon est décidément une industrie très controversée.

icone_tv
13 clips télé
icone_micro
5 clips radio

Des rivières complètement polluées

Date de diffusion : 9 avril 1978

Dans les bassins des rivières Chaudière et Etchemin, au Québec, les résidents n'osent plus pêcher, ni se baigner. L'élevage porcin, en pleine croissance, est alors en train de s'industrialiser. La province compte 8400 porcheries et produit plus de deux millions de porcs par année.

La source du problème? L'élevage de porc est fort polluant : la fabrication d'un kilo de viande produit 23 kilos de fumier. Lorsque cet engrais est épandu sur les terres, l'azote et le phosphore qu'il contient s'infiltrent et s'écoulent dans les rivières, nous explique Pierre Perreault.

Dans les bassins des rivières Chaudière et Etchemin, près de 30 % de la population travaille dans le milieu agricole, notamment dans l'industrie porcine. Du coup, le quart du cheptel porcin québécois se trouve dans cette région. Et parce qu'on estime alors qu'un porc pollue quatre fois plus qu'un homme, la pollution engendrée par cette industrie équivaut à celle d'une population de... 2 millions d'habitants!

Des rivières complètement polluées

• Pourquoi autant de porcs? L'histoire d'amour entre les Canadiens français et le cochon remonte au début de la colonie. Absent de la vallée du Saint-Laurent, le cochon devra être importé d'Europe.

• Lors de son troisième voyage en 1541, Jacques Cartier ramène dans ses cales les dix premiers cochons de l'histoire de la colonie.

• À la fin du 17e siècle, selon le recensement, on compte plus de 5000 cochons en Nouvelle-France. Au début du siècle suivant, ils sont déjà plus de 15 000. En 1734, ils sont près de 24 000. Le porc familial est bien la planche de salut des plus pauvres. Dès lors, la population porcine ne cessera de croître.

• Avant 1970, les fermes sont composées de divers animaux : vaches, chevaux, cochons. On compte alors en moyenne 5 à 20 truies par ferme. Les conditions sont rudimentaires et les taux de mortalité très élevés.

• Dès 1977, les fermes se spécialisent, et l'élevage de porcs s'industrialise. Les porcheries de 700 places deviennent monnaie courante. Les techniques d'élevage se modernisent.

Des rivières complètement polluées

Média : Télévision

Émission : La Semaine verte

Date de diffusion : 9 avril 1978

Invité(s) : Michel Gauvin, Denyse Gouin, Marcel Léger, Rolland Mercier, Jacques Michaud

Ressource(s) : Pierre Perrault

Durée : 21 min 57 s

Dernière modification :
19 avril 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
18 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Alerte à l'eau empoisonnée
Télévision
1 min 44 s
24 mai 2000
À Walkerton, en Ontario, quatre personnes meurent après avoir bu de l'eau du robinet contaminée par la bactérie E. coli.
Libre-échange : la fin du protectionnisme américain?
Dossier
Le 1er janvier 1989, le traité de libre-échange abolissant les frontières douanières entre le Canada et les États-Unis entrait en vigueur.