Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Environnement · Pollution · Dépolluer les Grands Lacs

Dépolluer les Grands Lacs

Date de diffusion : 6 juillet 1994

Le 6 juillet 1994, la ministre fédérale de l'Environnement Sheila Copps et son homologue ontarien Bud Wildman signent une entente afin de nettoyer l'écosystème aquatique de 9 des 17 régions des Grands Lacs contaminées par la pollution. Le plan prévoit la protection de 600 kilomètres de rives. Le fédéral investit ainsi 750 millions de dollars afin d'aider l'Ontario à épurer une partie des Grands Lacs alors que l'Ontario accorde 850 millions sur six ans à ce projet. Le mercure est particulièrement visé par cette entente, comme l'indique le journaliste Claude Gervais.

De nombreuses autres initiatives fédérales et provinciales ont été entreprises dans la lutte contre la pollution au mercure. Ainsi, depuis 1998, le Conseil canadien des ministres de l'environnement (CCME) a mis en place un processus d'élaboration des standards canadiens relatifs au mercure dans le but de contribuer à la protection des écosystèmes vulnérables; ces standards sont destinés à réduire les rejets de mercure au Canada.

L'effort de dépollution et de contrôle du mercure ne peut se limiter au seul Canada. C'est pourquoi le pays a signé un certain nombre d'ententes avec les États-Unis et le Mexique, dont le Plan d'action régional nord-américain relatif au mercure (PARNA).

L'objectif du PARNA est, entre autres, de faciliter la gestion, l'étiquetage des produits, la responsabilité à l'égard des produits, certaines limitations de l'usage du mercure, des incitatifs économiques, le recyclage et l'élimination progressive ou l'interdiction de certaines utilisations du mercure.

Dépolluer les Grands Lacs

• L'inventaire des émissions de mercure au Canada de 1999, établi par le CCME, dresse une liste des six secteurs à l'origine de 80 % des émissions au Canada : les fonderies de métaux communs, les centrales au charbon, les déchets dangereux, les déchets biomédicaux, les déchets solides municipaux et l'incinération des boues d'épuration.

• Depuis 2001, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a mis en place un plan d'action visant le mercure. En bref, la province vise la réduction des émissions de mercure, l'éducation auprès des pollueurs, l'enseignement public ainsi que la recherche, l'analyse et la surveillance stratégique.

• Le Nouveau-Brunswick participe également au plan d'action visant le mercure de la Conférence des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des premiers ministres de l'Est du Canada.

• Parmi les efforts nord-américains visant à comprendre et enrayer les effets du mercure, il faut compter depuis 2001 le réseau de recherche sur le mercure, ou réseau COMERN, basé à l'Université du Québec à Montréal. L'objectif de ce réseau est de mieux comprendre les modes de transmission et d'accumulation du mercure dans les écosystèmes et d'évaluer les impacts sur la santé des collectivités menacées, plus particulièrement les populations autochtones et les familles de pêcheurs sportifs.

Dépolluer les Grands Lacs

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 6 juillet 1994

Invité(s) : Sheila Copps, Karey Shinn

Ressource(s) : Claude Gervais, Solveig Miller

Durée : 2 min 18 s

Dernière modification :
5 février 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Des industries polluantes
Radio
6 min 48 s
En 1970, on découvre que l'usine de pâtes et papiers Domtar déverse du mercure dans les eaux de la rivière Quévillon.
De Grassy Narrows à Minamata
Radio
5 min 43 s
En 1975, deux communautés autochtones du nord-ouest de l'Ontario apprennent qu'elles sont empoisonnées au mercure.