Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Environnement · Pollution · Un territoire bouleversé

Un territoire bouleversé

Date de diffusion : 16 mars 1996

Réunis dans le nouveau village d'Oujé-Bougoumou, des chasseurs-trappeurs parlent de l'exploitation minière et de la déforestation sur leur territoire de chasse.

Dans ce reportage diffusé en 1996, l'animatrice Edna Voyageur s'entretient notamment avec Charly Bosum, dont le territoire de chasse est exploité par la compagnie forestière Barrette-Chapais. Il explique que, selon lui, l'exploitation intensive de la forêt menace la survie des espèces. Alors que les chasseurs-trappeurs cris s'assurent de ne pas épuiser les ressources du milieu, les exploitants forestiers ne laissent rien derrière eux et dévastent les terres.

Au lendemain de la convention de la baie James et du Nord québécois, les terres non protégées, c'est-à-dire non réservées à l'usage exclusif des Cris, sont ouvertes à l'exploitation forestière. Vingt ans plus tard, en 1995, toute la forêt commerciale est allouée aux compagnies forestières par contrats renouvelables de 25 ans. Les lignes de trappe des Cris sont touchées par cette exploitation de la forêt.

Dans les années 1980, les Cris de Waswanipi s'impliquent dans la gestion de leur forêt. Ils forment une compagnie forestière locale et s'associent avec Domtar, ce qui leur donne le pouvoir de participer aux décisions administratives. La forêt modèle des Cris de Waswanipi (FMCW) tente de concilier l'exploitation forestière avec les activités traditionnelles des autochtones.

Un territoire bouleversé

• Les mesures réalisées par la SOTRAC (Société des travaux de correction du complexe La Grande) permettent d'atténuer les impacts de la construction des barrages. Par exemple, l'aménagement d'étangs dans la zone côtière facilite la chasse à la sauvagine.

• Le 1er mai 1980, une étude sur le taux de mercure dans les réservoirs du complexe La Grande révèle une forte concentration de mercure dans les poissons des réservoirs. Les taux de mercure y sont alors de trois à cinq fois plus élevés que dans les lacs naturels.

• En 1986, Hydro-Québec signe avec le gouvernement du Québec et le Grand Conseil des Cris la convention sur le mercure. Des mesures sont prises dans le cadre de cette entente afin de réduire l'exposition au mercure chez les Cris.

• Le village d'Oujé-Bougoumou a été conçu en 1992 par l'architecte autochtone Douglas Cardinal, concepteur du Musée canadien des civilisations à Hull. Situé sur les rives du lac Opémisca, le village est bâti en cercles concentriques pour symboliser la « mémoire circulaire » de la culture crie. L'architecture est également en harmonie avec l'environnement. Son concept a été récompensé par un prix de l'Organisation des Nations unies en 1995.

Un territoire bouleversé

Média : Télévision

Émission : Maamuitaau

Date de diffusion : 16 mars 1996

Invité(s) : Kenny Blacksmith, Jack Blacksmith, Charly Bosum, Matthew Coon Come, Smally Petawabano

Ressource(s) : Edna Voyageur

Durée : 25 min 29 s

Dernière modification :
25 juillet 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
La signature d'un traité historique
Radio
36 min 52 s
Le 11 novembre 1975 est signée la convention de la baie James et du Nord québécois.
Le Grand Conseil des Cris
Télévision
15 min 45 s
« Le Grand Conseil des Cris est né de la nécessité de protéger les droits, les terres et les ressources des Cris », déclare Billy Diamond.