Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Environnement · Pollution · Ciel noir sur Saint-Amable

Ciel noir sur Saint-Amable

Date de diffusion : 16 mai 1990

L'après-midi du 16 mai 1990, une gigantesque colonne de fumée noire s'élève au-dessus de la petite ville de Saint-Amable, en banlieue sud de Montréal. Le feu s'est emparé d'un site d'entreposage contenant plus de trois millions de pneus usés. Pompiers et ouvriers combattent le brasier pendant quatre jours avant de parvenir à le maîtriser en l'étouffant avec du sable.

Une équipe de journalistes de Radio-Canada fait le point sur la catastrophe, alors que le feu fait rage depuis quelques heures à peine.

Nombreux sont ceux qui appréhendaient ce désastre et les critiques fusent à l'endroit du gouvernement québécois, accusé d'avoir fait preuve de négligence.

Déjà, dans les années 1970, la municipalité demandait l'aide du gouvernement pour sécuriser le périmètre du dépotoir. En vain. Il faut attendre 1988 et l'incendie d'un entrepôt de BPC (biphényle polychloré) dans la ville voisine de Saint-Basile-le-Grand pour qu'une clôture soit érigée et qu'un agent de sécurité veille en permanence. En outre, des projets de recyclage sont étouffés dans l'œuf ou abandonnés au cours des années 1980, faute de subventions adéquates.

Par mesure de prévention, quelques familles sont évacuées. Mais en dépit des craintes et de l'ampleur du brasier, les effets néfastes sur les terres agricoles et sur l'environnement se révéleront moindres que ceux appréhendés.

La nappe phréatique et les eaux environnantes ont été contaminées, mais la présence d'une couche d'argile de 20 mètres sous le site a limité les dégâts, en raison de son imperméabilité. À l'automne 1992, les travaux de décontamination et de restauration du site sont terminés, et deux premières maisons y sont construites en 1998.

Ciel noir sur Saint-Amable

• La fumée dégagée par l'incendie ne représentant pas de risque grave pour la santé, les autorités de Saint-Amable recommandent l'évacuation volontaire d'environ 150 citoyens qui habitent à proximité du brasier. Seules 19 familles, soit 65 personnes, se plient à la recommandation.

• Le sable s'est avéré efficace pour enrayer la fumée. Mais plusieurs experts en ont contesté l'usage. La formation de poches d'oxygène sous le sable a continué d'alimenter le feu, qui a couvé pendant plusieurs mois, augmentant d'autant les risques de contamination du sol et de la nappe phréatique.

• Après l'incendie de Hagersville (Ontario) en février 1990, où près de 13 millions de pneus ont brûlé pendant 17 jours, le gouvernement québécois lance une série de mesures pour sécuriser les sites d'entreposage dispersés sur son territoire, comme la disposition des pneus en îlots. Mais cette dernière mesure n'est pas appliquée au dépotoir de Saint-Amable, faute d'espace.

• Conséquence directe de la catastrophe de Saint-Amable, le gouvernement du Québec lance, en 1993, le Programme de gestion intégrée des pneus hors d'usage, qui vise la récupération et le recyclage des pneus usés. Placé sous l'égide de Recyc-Québec, le programme est renouvelé en 1996, puis en 2002. Il a pour objectif l'élimination complète des pneus accumulés dans les sites d'entreposage à l'horizon 2008.

• Les pneus recyclés entrent dans la composition de nombreux produits, parmi lesquels on retrouve l'asphalte caoutchouté, les sous-tapis, les pièces d'automobile, les surfaces de terrains de sport et d'aires de jeu, les panneaux insonorisés. L'huile récupérée permet aussi de produire du combustible.

Ciel noir sur Saint-Amable

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 16 mai 1990

Invité(s) : André Brunelle, Fernand Cadieux, Éric Delisle, Jacques Doyon, Jean-Paul Mireault, Yves Nantel

Ressource(s) : Réal D'Amours, Bernard Derome, Claude Gervais, Jacques Rivard, Christine Saint-Pierre

Durée : 11 min 09 s

Dernière modification :
11 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Les Premières nations solidaires
Télévision
2 min 49 s
Des milliers d'autochtones rassemblés à Oka manifestent leur soutien aux Mohawks.
452 arrestations arbitraires
Télévision
3 min 35 s
Dix ans après la crise d'Octobre, le journaliste Jean Larin rappelle que les quelque 450 citoyens arrêtés n'ont jamais été inculpés.