Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Environnement · Écologie · Des bélugas intoxiqués

Des bélugas intoxiqués

Date de diffusion : 9 octobre 1988

Du 29 septembre au 2 octobre 1988, une centaine de scientifiques et plus de deux cents observateurs se réunissent au Forum international pour la survie du béluga, à Tadoussac. Ils tentent alors de mieux comprendre la situation du mammifère marin et de trouver des solutions à son déclin alarmant dans le fleuve Saint-Laurent.

La journaliste Élise Gauthier a recueilli sur place les propos de biologistes et du ministre de l'Environnement québécois, Clifford Lincoln. Ce dernier affirme prévoir un programme d'épuration des eaux afin de réduire la contamination du fleuve.

Le béluga, ou baleine blanche, se trouve dans les mers recouvertes de glaces au cours de la saison hivernale. D'une longévité moyenne de 16 ans, il se caractérise par l'absence de nageoire dorsale, signe d'une adaptation à l'eau glaciale. La population de bélugas du fleuve Saint-Laurent se retrouve à la limite sud de l'aire de répartition mondiale du mammifère marin.

De 1880 à 1950, les pêcheurs ont capturé jusqu'à 15 000 bélugas dans le Saint-Laurent. Dans les années 1970, moins de 350 bélugas nageaient dans les eaux du fleuve.

Les bélugas du Canada doivent subir la modification d'habitat que leur imposent les barrages sur les rivières. L'activité humaine (comme l'observation de baleines), le réchauffement planétaire et la pollution pourraient aussi nuire à la baleine blanche. Les niveaux de contaminants, tels que les BPC ou le DDT, sont parfois 30 fois plus élevés chez le béluga du Saint-Laurent que dans celui de l'Arctique.

La faible population du béluga du Saint-Laurent le rend plus vulnérable aux éventuels déversements de pétrole et aux infections virales.

À partir de 1988, un plan interministériel voit le jour pour aider le béluga à survivre dans les eaux du Saint-Laurent. Le gouvernement du Québec signe des accords avec les industries afin de réduire la contamination du fleuve, et des usines de traitement d'eaux usées sont installées le long des berges.

Selon Environnement Canada, la qualité de l'habitat des bélugas du Saint-Laurent s'est améliorée depuis vingt ans. En 2004, leur nombre se situerait entre 300 et 705. Des photographies aériennes auraient montré un rétablissement graduel de la population.

Des bélugas intoxiqués

• En 1997, Environnement Canada crée le parc marin Saguenay-Saint-Laurent, près de Tadoussac. Géré conjointement par les gouvernements du Canada et du Québec, ce parc vise à protéger un écosystème marin d'une superficie de 1138 km2.

• Le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent interdit l'observation en mer des bélugas. Il recommande aux embarcations de se tenir à une distance minimum de 400 mètres de l'animal.

• Il n'y a pas que le béluga qui subisse les effets néfastes de la pollution du fleuve Saint-Laurent. Une dizaine d'espèces de poisson y sont en déclin, voire en danger d'extinction.

• Selon certains groupes écologiques, dont le Fonds mondial pour la nature (WWF), trop peu d'efforts sont entrepris afin de protéger la diversité des poissons et des mammifères marins. Seule une fraction des milliers de réserves naturelles créées par les gouvernements protège les milieux marins.

• D'après les données d'Environnement Canada, 72 espèces de poissons seraient en péril au Canada. L'omble aurora, le chevalier cuivré et plusieurs espèces d'épinoches et de saumons ont subi des pertes importantes de population dans les dernières décennies.

• Une pêche intensive, facilitée par les nouvelles technologies, a entraîné une diminution importante du nombre de morues dans les eaux canadiennes. Pour arrêter l'hécatombe, le gouvernement canadien a décidé d'imposer, en 1992 et en 2003, un moratoire sur la pêche à la morue.

Des bélugas intoxiqués

Média : Télévision

Émission : La Semaine verte

Date de diffusion : 9 octobre 1988

Invité(s) : Pierre Béland, Pierre Bernier, Jean Boulva, Daniel Green, Daniel Lefebvre, Clifford Lincoln, Leone Pippard, Jacques Prescott, Robert Salette

Ressource(s) : Élise Gauthier

Durée : 11 min 23 s

Dernière modification :
3 novembre 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Écocertification en Colombie-Britannique
Télévision
13 min 27 s
Depuis quelques années, il existe des organismes de certification d'une bonne gestion forestière. Et il y a un marché pour le bois « écolo ».
95 % de coupes à blanc!
Télévision
6 min 51 s
Le journaliste Michel Samson fait le point sur le problème de l'abolition des concessions forestières.