Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Environnement · Catastrophes naturelles · Pas d'eau, pas de fruits

Pas d'eau, pas de fruits

Date de diffusion : 1er mai 1988

En mai 1988, la vallée de l'Okanagan en Colombie-Britannique se relève d'un hiver presque sans neige, un indice de sécheresse inquiétant. Les agriculteurs de la vallée prient pour qu'il pleuve tout l'été, comme le rapporte la journaliste Joyce Janvier. Mais ce seront des prières vaines.

Cette année-là, la sécheresse s'abat sur une large partie du continent nord-américain. Au Canada, elle touche la Colombie-Britannique, les Prairies, l'Ontario et le Québec. Aux États-Unis, elle frappe le Midwest et le sud du pays.

Dans l'Ouest canadien, les systèmes d'irrigation sont chose courante. Cependant, la sécheresse peut les rendre moins performants, car le niveau du réseau fluvial et des eaux souterraines qui les alimentent descend. Pour pallier le déficit en eau, certains agriculteurs creusent de nouveaux puits ou forent davantage ceux existants afin d'atteindre des nappes d'eau plus profondes.

Si la planète se réchauffe et que les sécheresses deviennent plus fréquentes, comme le prédisent les scientifiques, les ressources hydriques risquent de s'amenuiser tandis que les besoins en irrigation iront croissants.

Pour prévenir les pénuries, d'aucuns estiment que les habitudes de consommation doivent changer et que les ressources hydriques doivent être gérées avec plus d'efficacité et d'économie. En collaboration avec les agriculteurs, les autorités et les chercheurs travaillent en ce sens.

Notamment, des systèmes d'irrigation à débit contrôlé, donc moins exigeants en eau mais plus performants, sont de plus en plus utilisés. Autre exemple, dans l'Ouest canadien, les eaux usées municipales et industrielles sont récupérées pour alimenter certains systèmes d'irrigation.

Pas d'eau, pas de fruits

• Au cours de la saison agricole de 1988, les précipitations dans le sud du Manitoba, de la Saskatchewan et de l'Alberta ont été de 50 % à 80 % en dessous de la normale saisonnière.

• Ce n'est qu'à compter des années 1960 que la Colombie-Britannique commence à recourir à l'irrigation de façon importante, grâce au développement du réseau hydro-électrique en milieu rural.

• La nécessité d'irriguer les terres semi-arides du sud des Prairies et de l'intérieur de la Colombie-Britannique s'est imposée dès la fin du 19e siècle. Il s'agissait surtout d'irriguer les cultures fourragères qui allaient servir à l'engraissement du bétail. Aujourd'hui, l'irrigation est devenue indispensable. Sans elle, les fruits et certaines variétés de céréales et de légumes ne pousseraient pas.

• Les incendies forestiers sont l'un des effets de la sécheresse. À l'été 1988, de nombreux feux de foudre ont embrasé le célèbre parc national de Yellowstone aux États-Unis. En dépit de l'intervention de milliers de pompiers forestiers, des foyers d'incendies ont été actifs jusqu'aux premières pluies d'automne. Yellowstone, créé en 1872, est le premier parc national du monde.

Pas d'eau, pas de fruits

Média : Télévision

Émission : La Semaine verte

Date de diffusion : 1er mai 1988

Invité(s) : Ari Brusse, Wilson Clifton, Martin Coenraad, Dennis Gaudry, John Petthybridge

Ressource(s) : Joyce Janvier

Durée : 5 min 35 s

Dernière modification :
11 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Écocertification en Colombie-Britannique
Télévision
13 min 27 s
Depuis quelques années, il existe des organismes de certification d'une bonne gestion forestière. Et il y a un marché pour le bois « écolo ».
95 % de coupes à blanc!
Télévision
6 min 51 s
Le journaliste Michel Samson fait le point sur le problème de l'abolition des concessions forestières.