Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Environnement · Catastrophes naturelles · Mieux comprendre le naufrage de l'Ocean Ranger

Mieux comprendre le naufrage de l'Ocean Ranger

Date de diffusion : 21 février 1982

La réglementation touchant l'Ocean Ranger a évolué entre le moment de sa construction et le jour où la plate-forme a fait naufrage. L'installation a été régie par un grand nombre de standards et de règlements d'organismes nationaux et internationaux. Les lois et les normes que l'Ocean Ranger devait observer étaient formulées à la fois par son pays d'immatriculation (les États-Unis), par le pays où il opérait ainsi que par des conventions internationales. L'opérateur, la Mobil Oil, respectait ces lois à sa discrétion.

Le statut d'une plate-forme change si elle cesse de se déplacer. Lorsque la plate-forme explore le fond marin à la recherche de pétrole, elle est en mouvement alors qu'elle se stabilise au moment du forage du pétrole.

La juridiction dont dépend la plate-forme change selon qu'elle est fixe ou en déplacement. Une plate-forme mouvante relève du ministère des Transports alors qu'une installation permanente relève du ministère de l'Énergie et des Ressources.

Les déboursés d'assurances sont énormes pour une plate-forme valant plusieurs dizaines de millions de dollars. Les responsabilités sont donc partagées par plusieurs assureurs. Comme les risques sont élevés, les compagnies d'assurance se réassurent sur le marché international.

Dans le cas de l'Ocean Ranger, la Lloyd's de Londres couvre 16,5 millions soit 20% de du montant de l'assurance, sa filiale des Bermudes couvre 60 millions, le marché international 25,5 millions et les États-Unis neuf millions.

Mieux comprendre le naufrage de l'Ocean Ranger

• Lorsqu'elle est mise à la mer, l'Ocean Ranger est la plus grosse plate-forme semi-submersible de forage auto-propulsée du monde. Conçue par la firme ODECO, de Louisiane, et par une entreprise de Norvège, elle est construite dans un chantier d'Hiroshima, propriété de Mitsubishi, au Japon. En juin 1976, elle se rend au large de l'Alaska où elle achève des puits. En 1979, elle se déplace via le cap Horn jusqu'aux côtes du New Jersey, puis de l'Irlande, pour y forer d'autres puits.

• L'Ocean Ranger retraverse l'Atlantique et s'installe au large de Terre-Neuve le 6 novembre 1980. L'installation entreprend le forage à Hibernia, après que Mobil Oil Canada, l'exploitant et locataire, et ODECO Drilling of Canada, le propriétaire, aient signé un contrat d'un an, qui sera renouvelé pour deux ans. Selon ce contrat, ODECO supporte la responsabilité de l'équipage et de l'installation, alors que Mobil Oil s'occupe de l'exploration puis de l'exploitation des puits de pétrole.

• Au moment du naufrage, un chef de chantier de forage travaille avec un contremaître pour diriger les opérations de forage. Un capitaine est en charge des aspects maritimes de la plate-forme. Il s'occupe de former et de superviser les opérateurs de ballasts et surveille le bon état de l'équipement marin. Les autres membres de l'équipage ont des fonctions touchant à la fois à l'industrie et à la navigation. Ils sont opérateurs de ballasts, électriciens, mécaniciens, machinistes, grutiers, responsables de la sécurité, manœuvres ou infirmiers.

Mieux comprendre le naufrage de l'Ocean Ranger

Média : Radio

Émission : L' Événement

Date de diffusion : 21 février 1982

Invité(s) : Antoine Ayoub, Claude Emmanuelli, Maurice Jannard, Robert Platskin, Claude Tessier

Ressource(s) : Marie-Hélène Poirier

Durée : 39 min 49 s

Dernière modification :
14 avril 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
L'Ocean Ranger sombre
Télévision
2 min 25 s
Avant le naufrage de la plate-forme semi-submersible, des messages d'alerte sont lancés par les ouvriers qui se trouvent à bord.
À la recherche des corps des victimes
Télévision
5 min 55 s
La tempête rend difficile les opérations de sauvetage. Sur terre, les gouvernements pensent à enquêter sur l'accident.