Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Environnement · Catastrophes naturelles · Projet Neptune

Projet Neptune

Date de diffusion : 15 février 2004

En 2004, de nombreux scientifiques canadiens et américains travaillent à la mise en place du projet Neptune, voué à l'exploration océanique. Ce réseau d'observatoires sous-marins sera installé au fond de l'océan et relié par câbles d'ici à 2007. Il devrait permettre de mieux comprendre les mouvements de la plaque Juan de Fuca.

Chantal Srivastava a rencontré Jim Juniper du Centre de recherche en géochimie et en géodynamique de l'Université du Québec à Montréal afin d'en savoir plus sur cet étonnant projet.

Neptune (pour North-East Pacific Time-Series Undersea Networked Experiments) sera l'observatoire sous-marin le plus vaste au monde. Les scientifiques installeront environ 3000 kilomètres de câbles sur la plaque tectonique Juan de Fuca, au large de la Colombie-Britannique. Ce réseau de fibres optiques reliera 30 laboratoires qui enregistreront l'activité océanique à l'aide de caméras et de capteurs.

Les observatoires du projet Neptune rendront accessible l'information sur les fonds marins sur Internet. Ils produiront l'équivalent de plus de 3600 cédéroms de données chaque jour pendant 30 ans.

Douze universités canadiennes profiteront des installations du projet Neptune pour mener à bien diverses expériences scientifiques.

Les chercheurs étudieront la faune océanique et tenteront d'améliorer la capacité de prévision des séismes ayant lieu au large de la Colombie-Britannique. Si les expériences sont concluantes, le réseau d'observation pourrait donner une minute de sursis aux autorités lors d'un tremblement de terre, leur laissant le temps de fermer les conduites de gaz, sources possibles d'incendies.

Projet Neptune

• La Fondation canadienne pour l'innovation et le gouvernement de Colombie-Britannique financeront 62 des 300 millions de dollars que coûtera le projet Neptune. L'autre portion devrait être défrayée par le gouvernement des États-Unis.

• Le projet de recherche fondamentale entraînera des retombées économiques importantes. L'étude des migrations de poissons pourra améliorer la gestion des stocks de poissons pour la pêche, des prospections d'hydrocarbures seront réalisées et les scientifiques tenteront de mieux comprendre les changements climatiques.

• Dans les années 1940, les sismologues ont pris part à l'identification du réseau mondial des rifts océaniques, fosses tectoniques étroites situées au fond des océans. Les rifts se caractérisent par une activité volcanique et se déploient souvent sur des milliers de kilomètres.

• Des rifts océaniques se retrouvent notamment dans la partie médiane de l'océan Atlantique et de l'océan Indien.

• Le Yukon et la mer de Beaufort sont d'autres régions où de forts tremblements de terre risquent de se produire au Canada. Une zone sismique de moindre importance traverse aussi l'entrée de la baie d'Hudson et le Nord-du-Québec.

• Environ 80 % de l'énergie sismique libérée dans le monde se retrouve aux frontières de l'océan Pacifique et des continents qui lui sont limitrophes. Une grande région traversant l'Asie et les rifts des océans Atlantique et Indien sont aussi le siège de séismes fréquents.

Projet Neptune

Média : Radio

Émission : Les Années lumière

Date de diffusion : 15 février 2004

Invité(s) : Jim Juniper

Ressource(s) : Chantal Srivastava

Durée : 8 min 31 s

Dernière modification :
5 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Endeavour 1996 : mission scientifique STS-77
Radio
8 min 11 s
De nombreuses expériences scientifiques sont réalisées par Marc Garneau lors de son voyage de 1996.
Sauvés par les singes!
Radio
7 min
En faisant croître le virus de la polio sur des reins de singes, les scientifiques développent un vaccin pour prévenir la maladie.