Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Émissions · Littératures actuelles

Littératures actuelles

La mission de la parole

Date de diffusion : 7 octobre 1990

En 1949, alors qu'il bouquine dans une librairie d'occasion de Montréal en compagnie du futur cinéaste Gilles Carle, Gaston Miron raconte avoir eu la révélation de son destin. Il ouvre alors un livre par hasard et tombe sur ces lignes de Patrice de la Tour du Pin : « Tous les pays qui n'ont pas de légende seront condamnés à mourir de froid ». Dès lors, explique le poète à Jean Larose dans cet entretien radiophonique, « j'ai vu quelle poésie il fallait que je fasse : une poésie qui donne à ce pays une légende, mais une légende au futur ».

Après avoir travaillé comme plombier à Saint-Jérôme, Gaston Miron s'installe à Montréal en 1947. Il s'inscrit au cours du soir de la Faculté des sciences sociales de l'Université de Montréal. Le jour, il exerce mille métiers : commis de bureau, instituteur, serveur, manœuvre sur les chantiers de construction. À la même époque, il participe à l'Ordre de Bon Temps, un mouvement de jeunesse actif dans les domaines de la culture populaire, des loisirs et de l'animation sociale, fondé en 1946 par Roger Varin. Miron y dirige La Galette, le journal du mouvement, et y rencontre des amis avec lesquels il fondera quelques années plus tard une maison d'édition : l'Hexagone.

L'Ordre de Bon Temps aura une profonde influence sur Miron et les membres fondateurs de l'Hexagone. Ce mouvement de loisir laïc regroupe la jeunesse d'après-guerre issue de milieux variés, tant ouvriers que bourgeois. Son objectif est de défendre la culture populaire contre l'hégémonie américaine en valorisant le folklore et le patrimoine canadien-français. Les jeunes y apprennent le chant, la danse, les arts plastiques et y développent leur sens de l'initiative et leur esprit communautaire. Ancien missionnaire, le père Ambroise Lafortune est l'aumônier du mouvement.

La mission de la parole

• Avant de fonder l'Ordre de Bon Temps, Roger Varin dirige plusieurs associations pour la jeunesse dans les années 1930; il participe notamment à l'implantation de la Jeunesse étudiante catholique (JEC) au Québec. En 1937, il fonde les Compagnons de Saint-Laurent avec le père Émile Legault. Après la guerre, il travaille comme animateur et scripteur à Radio-Canada.

• Au début des années 1950, Gaston Miron vit dans une grande pauvreté, comme en témoignent ses lettres à son ami Claude Haeffely. Logeant dans une chambre minuscule, Miron doit presque mendier pour se nourrir : « Je n'ai pas d'autre chose à penser qu'à manger au moins un repas (…) La seule barre de la faim », écrit-il à Haeffely en 1954. Sa santé en sera d'ailleurs altérée : il est terrassé par une crise cardiovasculaire et dit souffrir d'amnésie.

• Intitulée À bout portant, la correspondance de Miron avec le poète Claude Haeffely, Français d'origine, est publiée en 1989 chez Leméac. Dans ces quelque 50 lettres écrites entre 1954 et 1965, Miron parle de son quotidien mais révèle aussi son déchirement entre l'écriture et l'engagement politique qui le hantera toute sa vie.

La mission de la parole

Média : Radio

Émission : Littératures actuelles

Date de diffusion : 7 octobre 1990

Invité(s) : Gaston Miron

Ressource(s) : Jean Larose

Durée : 6 min 11 s

Dernière modification :
30 mai 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Tous les clips de cette émission

2 clips disponibles  

MédiaTitre et dateDescription
Radio
6 min 11 s
7 octobre 1990
La mission de la parole
Installé à Montréal en 1947, le poète participe à des mouvements de jeunesse dans lesquels il fait ses premières armes d'écrivain.
Radio
7 min 22 s
30 septembre 1990
L'enfance du poète
Gaston Miron est né en 1928 dans les Laurentides. Les paysages de son enfance inspirent son œuvre.
2 clips disponibles