Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Émissions · Portraits

Portraits

Magouilles sur rails

Date de diffusion : 8 décembre 1981

En 1891 éclate le scandale du chemin de fer de la baie des Chaleurs. L'année précédente, Honoré Mercier, alors député de Bonaventure, faisait résilier la charte de la Compagnie du chemin de fer de la baie des Chaleurs, en Gaspésie, présidée par le sénateur Théodore Robitaille et dont Charles Newhouse Armstrong était l'entrepreneur. Il arguait que les travaux étaient mal faits et que les retards s'accumulaient. Plusieurs tronçons n'étaient même pas commencés.

Le journaliste Laurent Laplante raconte la carrière d'Honoré Mercier et évoque le scandale de la baie des Chaleurs dans le cadre de l'émission Portraits des premiers ministres du Québec.

James Cooper, Angus M. Thom ainsi que d'autres financiers montréalais prennent la relève de la compagnie, récupérant les subsides en terres et en argent. Mercier part pour la France, laissant le soin de ce dossier à des hommes de confiance, Ernest Pacaud et Charles Langelier. Or pendant le voyage de Mercier, Charles Newhouse Armstrong fait une réclamation de 175 000 $ à Pacaud, qui lui verse la somme. L'entrepreneur reverse aussitôt, devant témoins, 100 000 $ à Pacaud, qui les distribue à Langelier, Mercier et Israël Tarte, député sur la scène fédérale.

Une commission royale est instituée par le lieutenant-gouverneur Auguste-Réal Angers. Les travaux ouvrent en octobre 1891. En mars 1892, le Parti libéral perd les élections, malgré le fait que Mercier ait été lavé de toutes accusations dans le scandale du chemin de fer de la baie des Chaleurs. Mais ses adversaires ne lâchent pas prise et, en avril, il est traîné en justice, accusé d'avoir fraudé le Trésor public de 60 000 $ lors de l'octroi d'un contrat à un libraire.

Mercier se déclare en faillite. Il est ruiné et rongé par le diabète. En 1892, toutefois, il retrouve son siège à l'Assemblée législative et reprend ses activités politiques. Il meurt le 30 octobre 1894.

Magouilles sur rails

• Neuvième premier ministre du Québec, Honoré Mercier fonde le Parti national, dans lequel il veut regrouper conservateurs et libéraux.

• Mercier sera un ardent défenseur de l'autonomie de la province face au gouvernement fédéral. Il convoque, en 1887, la première conférence des premiers ministres provinciaux afin de définir les relations entre le gouvernement central et les provinces.

• C'est sous le gouvernement de Mercier que le chemin de fer entre Québec et le Lac-Saint-Jean sera complété, en 1887.

• En 1913, le quotidien Montreal Daily Mail veut démontrer que la classe politique est corrompue. Il engage une agence de détectives de New York, la William J. Burns International Detective Agency, pour piéger le député de Soulanges, Joseph-Octave Mousseau, qui est président du comité des bills privés au parlement québécois.

• Pour ce faire, les détectives utilisent un « détectaphone », un appareil qui transmet les échanges avec Mousseau dans une pièce voisine où des sténographes prennent des notes. Mousseau sera contraint à la démission en janvier 1914 (voir le clip Détactophone à l'écoute).

Magouilles sur rails

Média : Radio

Émission : Portraits

Date de diffusion : 8 décembre 1981

Ressource(s) : Laurent Laplante, Jean-Marie Lemieux

Durée : 7 min 58 s

Dernière modification :
15 juin 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Tous les clips de cette émission

4 clips disponibles  

MédiaTitre et dateDescription
Radio
7 min 58 s
8 décembre 1981
Magouilles sur rails
Une autre histoire de chemin de fer met fin à la carrière politique du premier ministre du Québec Honoré Mercier.
Radio
24 min 23 s
7 décembre 1976
Les secrets de Los Alamos
Dès 1942, au Nouveau-Mexique, des physiciens et des ingénieurs participent à la fabrication de la première bombe atomique.
Radio
3 min 09 s
18 mars 1975
Heureux à Stratford
Jean Gascon confie à Pierre Villon le grand plaisir qu'il a eu à travailler à Stratford.
Radio
7 min 18 s
24 septembre 1974
Un enfant passionné de cinéma
Gilles Carle évoque l'origine de sa fascination pour le cinéma qui remonte aux premiers films qu'il a vus dans le sous-sol de l'église de Rouyn.
4 clips disponibles