Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Émissions · Les Beaux Dimanches

Les Beaux Dimanches

Grand rendez-vous culturel du dimanche soir, Les Beaux Dimanches proposent aux téléspectateurs des documentaires, des concerts, des pièces de théâtre, des films, des émissions rétrospectives et des galas.

Travailler pour vivre ou pour se réaliser?

Date de diffusion : 15 septembre 1996

En plus de quitter le domicile familial plus tard, plusieurs personnes dans la vingtaine reviennent périodiquement au foyer pendant des périodes prolongées de recherche d'emploi. C'est le cas de Suzanne Dufour dont l'itinéraire est présenté dans ce reportage. Faute d'emploi, 17 % des jeunes diplômés poursuivent des études aux cycles supérieurs. Au total, moins de quatre étudiants sur dix trouveront un emploi dans leur domaine d'études. De plus, nombreux sont les jeunes qui s'endettent au cours de leurs études. Depuis 1990, les frais de scolarité ont presque triplé, certains diplômés cumulent des dettes qui dépassent les 30 000 $.

Face aux contraintes liées au marché du travail, les jeunes adoptent des comportements qui sont autant de stratégies d'adaptation. La polyvalence, la diversité des expériences et l'expertise dans la recherche d'emploi figurent parmi les atouts développés par les jeunes. Pour Madeleine Gauthier, sociologue à l'INRS-Culture et société, « ce qui frappe, c'est la capacité d'adaptation aux situations nouvelles. Un certain réalisme fait aussi en sorte que le jeune apprend à composer avec les incertitudes et à organiser sa vie en conséquence ».

Pour plusieurs jeunes dans la vingtaine ayant déniché un travail, la course d'obstacles n'est pas pour autant terminée. Certains cumulent plusieurs emplois, travaillent plus de 60 heures par semaine sans pour autant obtenir une sécurité d'emploi. Gérard Ouimet, un professeur aux Hautes Études commerciales, a qualifié cette jeunesse de « génération Glad », c'est-à-dire peu coûteuse, résistante et jetable après usage. Pourtant, cette résistance à toute épreuve a ses limites. Un phénomène nouveau et inquiétant est apparu récemment : l'épuisement professionnel chez des travailleurs âgés de 20 à 35 ans.

Travailler pour vivre ou pour se réaliser?

• Le recensement canadien de 1991 indique que les 20-24 ans vivent encore majoritairement chez leurs parents, dans une proportion de 51 %. Le pourcentage de travailleurs qui résident chez leurs parents s'est lui aussi accru. La proportion des travailleurs âgés de 25 à 29 ans vivant au domicile familial est passée de 11,4 % en 1981 à 19 % en 1998. Chez les 30-34 ans, ce taux est passé de 3 % à 6,8 %. Les hommes sont plus nombreux que les femmes à vivre chez leurs parents.

• À l'automne 2003, les étudiants inscrits à un programme universitaire de premier cycle au Canada paient en moyenne 4025 $ en frais de scolarité. Au Québec, le taux moyen se chiffre à 1862 $. Il s'agit de la province où le taux demeure le plus bas, alors que c'est en Nouvelle-Écosse, suivie par l'Ontario, où les taux sont les plus élevés.

• De 1990-1991 à 2000-2001, les frais de scolarité moyens des étudiants canadiens inscrits à un programme de premier cycle se sont accrus de 135,4 %, ce qui représente une hausse six fois plus rapide que celle de 20,6 % du taux d'inflation tel que mesuré par l'indice des prix à la consommation.

• Le 21 octobre 1986, le ministre de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Science du Québec, Claude Ryan, annonce le gel des frais de scolarité des universités québécoises jusqu'en 1989. Cette décision du gouvernement libéral survient dans une période de vive contestation, marquée par la grève de milliers d'étudiants universitaires. Les frais de scolarité des universités québécoises, demeurés fixes depuis 1966, resteront donc les moins élevés au Canada.

• Les hommes sont plus susceptibles que les femmes de quitter l'école prématurément. En 1999, 15 % des hommes de 20 ans, contre seulement 9 % de leurs homologues féminins, n'avaient pas terminé leurs études secondaires et ne fréquentaient plus l'école.

Travailler pour vivre ou pour se réaliser?

Média : Télévision

Émission : Les Beaux Dimanches

Date de diffusion : 15 septembre 1996

Invité(s) : Suzanne Dufour, Hélène Loubert, Chantal Savard-Lamontagne

Ressource(s) : Pierre Sormany

Durée : 10 min 05 s

Dernière modification :
30 mars 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Tous les clips de cette émission

Affichez
7 clips disponibles  

MédiaTitre et dateDescription
Télévision
10 min 05 s
15 septembre 1996
Travailler pour vivre ou pour se réaliser?
La précarité de l'emploi incite les jeunes à développer des stratégies de débrouillardise.
Télévision
26 min 02 s
31 octobre 1993
« Vers une étoile : Compostelle II » de Gilles Tremblay
Les Beaux Dimanches présentent en 1993 « Vers une étoile : Compostelle II », une œuvre du compositeur Gilles Tremblay.
Télévision
4 min 31 s
9 juillet 1989
Le prix Oscar-Peterson du Festival de jazz
Le Festival de jazz de Montréal crée le prix Oscar-Peterson pour reconnaître la contribution d'un musicien au monde du jazz.
Télévision
3 min 37 s
22 juillet 1984
Marcel Jobin
Le précurseur de la marche olympique au Québec, Marcel Jobin, commence à s'entraîner en Mauricie en 1966. À cette époque, les gens ne comprennent pas encore pourquoi cet homme marche en se dandinant de la sorte. Ils le surnomment « le Fou en pyjama ».
Télévision
12 min 34 s
28 août 1977
Ferron, le conteur philosophe
Proche du langage de l'enfance, le conte « fait partie des nécessités de la vie ».
Télévision
53 min 12 s
29 février 1976
Être Palestinien en 1976
De Québec à Abou Dhabi, Pierre Nadeau a recueilli des témoignages de Palestiniens afin de mieux comprendre leur situation.
Télévision
7 min 33 s
28 août 1971
Au pays de l'enfance
Jacques Ferron grandit dans le comté de Maskinongé qui a façonné son imaginaire d'écrivain.
7 clips disponibles