Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Économie et affaires · Transports · Une route en constante évolution

Une route en constante évolution

Date de diffusion : 14 août 2002

L'élargissement de la Transcanadienne, comme au Nouveau-Brunswick, est devenu une priorité pour bien des provinces. Les normes nationales fixées par le gouvernement fédéral en 1949 n'exigeaient en effet qu'un minimum de deux voies, d'une largeur totale de 6,7 à 7,3 mètres. Des standards considérés aujourd'hui comme plus appropriés aux routes rurales qu'aux autoroutes modernes!

L'autoroute à deux voies présente de nombreux inconvénients. Son incapacité à absorber un trafic toujours plus important nuit au transport routier, donc à l'économie. Les risques de collisions frontales y sont aussi beaucoup plus élevés.

La Transcanadienne est vitale pour les provinces de l'Atlantique. Son élargissement a pour but de favoriser les échanges commerciaux avec le reste du Canada et, en l'absence d'un axe nord-sud, avec les États-Unis. Il vise aussi à assurer une meilleure sécurité routière aux usagers.

Le tronçon reliant Edmundston à Rivière-du-Loup, au Québec, fait encore figure de parent pauvre. Il s'agit de la seule portion de la Transcanadienne en territoire québécois qui soit toujours à deux voies.

Une route en constante évolution

• En 2001, le gouvernement canadien annonce un investissement de 2 milliards de dollars par le biais de son Fonds canadien sur l'infrastructure stratégique. Il s'agit d'une formule de partenariat entre le fédéral et, selon le cas, les provinces, les territoires, les autorités municipales et le secteur privé. Le Fonds vise à financer des projets routiers d'envergure pour lesquels les autres programmes fédéraux se révèlent insuffisants. Le Nouveau-Brunswick en bénéficie pour la réalisation de la section de la Transcanadienne entre Fredericton et Edmundston.

• Si l'on surnomme la route entre Edmundston et Fredericton « la ruelle du suicide » en raison du taux élevé d'accidents qui s'y produit, d'autres portions de la Transcanadienne n'ont rien à lui envier. Au col Kicking Horse, au cœur des Rocheuses en Colombie-Britannique, le taux d'accident est deux fois plus élevé que la moyenne de cette province. En 2002, les gouvernement fédéral et provincial se sont engagés à élargir et améliorer ce tronçon.

Une route en constante évolution

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 14 août 2002

Invité(s) : Jeannot Castonguay, Jean Chrétien, Paul Crête, Ronald Ouellette Doren

Ressource(s) : Denis-Martin Chabot

Durée : 1 min 55 s

Dernière modification :
9 avril 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
La portion québécoise de la Transcanadienne
Radio
9 min 27 s
La Loi sur la route transcanadienne de 1949 ne fait pas que des heureux. Le Québec ne signera l'entente qu'en 1960.
Le pont-tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine
Télévision
1 min 54 s
Franchir les Rocheuses et établir un lien routier qui traverse le fleuve Saint-Laurent demandent temps et ingéniosité.