Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Économie et affaires · Transports · Prévenir les déraillements

Prévenir les déraillements

Date de diffusion : 20 mars 1986

Le 8 février 1986, l'un des plus graves accidents ferroviaires de l'histoire canadienne survient à Hinton, en Alberta. Vingt-trois personnes trouvent la mort lorsqu'un train de marchandises heurte un train de Via Rail.

En 1986, un mois après la tragédie de Hinton, Gilles Gougeon brosse un portrait des lacunes du système ferroviaire canadien : mauvais état des voies, violation des règles, équipements défectueux. Il explique aussi le travail méconnu des inspecteurs de voies ferrées, qui se déplacent sur les rails à bord d'un petit véhicule appelé la draisine.

Pour éviter les déraillements, des cheminots contrôlent la qualité des voies et du matériel roulant. Ils examinent l'alignement des rails, dégagent tout obstacle de la voie ferrée et vérifient la stabilité du sol.

À partir de 1988, les entreprises ferroviaires canadiennes retirent les wagons de queue. Jusque-là, le chef de train, installé à l'arrière du train, signalait tout problème technique au mécanicien. Une boîte noire surveille désormais l'état du train. De même, des détecteurs posés sur les rails à l'entrée des grandes agglomérations indiquent au conducteur tout problème technique.

Les accidents ferroviaires les plus impressionnants ont eu lieu avant la mise en place de normes de sécurité. En 1854, une collision entre un train de voyageurs et un train de marchandises cause la mort de 47 personnes à l'ouest de Chatham, en Ontario. En 1891, une autre collision, cette fois-ci entre deux convois de marchandises, se produit sur la ligne qui relie Montréal à Ottawa.

L'automatisation de la signalisation et la mise en place de freins pneumatiques ont réduit le risque de tels accidents.

Prévenir les déraillements

• Le déraillement de train le plus meurtrier de l'histoire canadienne se produit sur le pont de Beloeil, le 29 juin 1864. Un train de onze voitures rempli d'immigrants européens bascule dans la rivière Richelieu et percute une barge. L'accident entraîne la mort d'une centaine de passagers. L'erreur d'un signaleur, qui ignorait que le pont était ouvert pour le passage d'un bateau, se trouve à l'origine de la catastrophe.

• En 1984, 1018 accidents de chemin de fer se produisent au Canada. Près de 60 % d'entre eux ont lieu aux passages à niveau, 27 % sont des déraillements et 10 % des collisions entre trains, principalement dans les gares de triage.

• Croisements des routes et des rails, les passages à niveau sont les endroits les plus meurtriers des réseaux de chemins de fer. Des signaux lumineux ou sonores et des barrières pivotantes, installés par les municipalités, peuvent réduire les risques d'accidents.

• Dans les années 1990, Via Rail met sur pied un programme d'entraide visant à favoriser les échanges entre les mécaniciens ayant souffert de traumatisme après que le train qu'ils conduisaient eut heurté une personne ou une automobile. (Voir le clip Attention, passages à niveau!)

• Lancée en 1981, l'opération Gareautrain veut sensibiliser les Canadiens aux dangers liés à l'intrusion sur l'emprise des chemins de fer. Financé par Transports Canada, le programme vérifie également la sûreté des passages à niveau.

Prévenir les déraillements

Média : Télévision

Émission : Le Point

Date de diffusion : 20 mars 1986

Invité(s) : John Chmelnitsky, Armand Passaretti, Daniel Senez

Ressource(s) : Gilles Gougeon, Madeleine Poulin

Durée : 19 min

Dernière modification :
1er décembre 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
À bord d'une locomotive
Radio
13 min 08 s
En 1948, un conducteur de locomotive et des employés du CN parlent de l'évolution de leur travail.
Nostalgie ferroviaire
Radio
27 min 11 s
Le musée ferroviaire de Saint-Constant expose des locomotives, des wagons et… des gares!