Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Économie et affaires · Transports · Nostalgie ferroviaire

Nostalgie ferroviaire

Date de diffusion : 20 juin 1984

Exporail, le Musée ferroviaire canadien de Saint-Constant, sur la Rive-Sud de Montréal, présente une collection exceptionnelle de wagons de toute sorte et d'anciennes locomotives.

En 1984, Roger Desautels, guide au musée ferroviaire, offre une balade en tramway à la journaliste Claudette Lambert. Il lui montre les véhicules et les gares du musée, et lui explique la technologie des trains d'autrefois. À la fin du reportage, le guide réserve une belle surprise à la journaliste : il la laisse conduire le tramway…

Fondée en 1932, l'Association canadienne d'histoire ferroviaire est à l'origine du Musée ferroviaire canadien. En 1961, après avoir acquis quelques pièces de collection, des bénévoles de l'association ouvrent le musée de Saint-Constant.

Situé près de la première voie ferrée publique du Canada, entre La Prairie et Saint-Jean-sur-Richelieu, le Musée ferroviaire canadien s'enrichit au fil des ans grâce à des dons de cheminots et d'entreprises. En 2005, il possède 140 véhicules ferroviaires, une gare du 19e siècle, 250 000 documents d'archives, 10 000 objets d'époque et plusieurs kilomètres de voies ferrées.

De 1916 à 1923, le gouvernement canadien encourage la fusion de centaines d'entreprises ferroviaires, dont deux sociétés importantes : Grand Trunk Pacific et Canadian Northern. Cette action entraîne la naissance de la Compagnie des chemins de fer nationaux (CN), une entreprise publique concurrente du Canadien Pacifique (CP).

Au fil des ans, le CN traverse plusieurs périodes de turbulence, dont la crise économique des années 1930 et le déclin du nombre de passagers dans les années 1960. Puis, en 1995, la privatisation de l'entreprise entraîne la perte de milliers d'emplois.

Nostalgie ferroviaire

• Pendant des décennies, les entreprises ferroviaires confient la gestion des stations de chemin de fer à des chefs de gare. Ces employés administrent les déplacements des trains et transmettent les messages envoyés par télégraphe.

• Dans les années 1980 et 1990, le CN et le CP abandonnent plusieurs tronçons de lignes régionales. On procède alors au démantèlement des voies ferrées et à la destruction de nombreuses gares. Les collectivités réussissent parfois à préserver ces bâtiments patrimoniaux en leur trouvant de nouvelles vocations communautaires. (Voir le clip Des gares à préserver.)

• Mis à part les lignes de trains de banlieues, la construction du dernier chemin de fer au Québec remonte à l'automne 1951. Il sert au transport du minerai de fer de Schefferville à Sept-Îles.

• En 1956, les ouvriers des usines Angus démolissent 205 locomotives à vapeur, remplacées par des locomotives diesels-électriques. (Voir clip La disparition des locomotives à vapeur.)

• Depuis 1992, un train offre des balades touristiques entre Gatineau et Wakefield, dans l'Outaouais. Une locomotive à vapeur suédoise, construite en 1907, tire des voitures sur un ancien tronçon du Canadien Pacifique.

• En 1999, le Beauceron Jean-Marc Giguère achète la ligne de chemin de fer Québec Central. Il sauve ainsi de l'abandon cette ligne historique qui relie l'Estrie à la ville de Québec. (Voir clip Sauver la ligne de Québec Central.)

Nostalgie ferroviaire

Média : Radio

Émission : Les Musées régionaux

Date de diffusion : 20 juin 1984

Invité(s) : Roger Desautels

Ressource(s) : Claudette Lambert

Durée : 27 min 11 s

Dernière modification :
6 juin 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
À bord d'une locomotive
Radio
13 min 08 s
En 1948, un conducteur de locomotive et des employés du CN parlent de l'évolution de leur travail.
Turbotrain, Tokaïdo et TGV
Télévision
26 min 48 s
Dans les années 1970, des trains futuristes fracassent des records de vitesse.