Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Économie et affaires · Ressources naturelles · La zone de 200 milles suscite l'espoir

La zone de 200 milles suscite l'espoir

Date de diffusion : 18 février 1978

Longtemps, les Canadiens ont pêché la morue de façon artisanale. Cependant, bien que leurs bateaux et leurs techniques se modernisent, ils ne parviennent pas à rivaliser avec les immenses navires-usines étrangers qui écument l'Atlantique Nord-Ouest dès les années 1950. La pêche à la morue s'industrialise. Les stocks baissent. Le gouvernement canadien doit réagir.

Dans la foulée de nombreux autres pays, le Canada étend sa zone de pêche à 200 milles marins (370 kilomètres) de ses côtes le 1er janvier 1977. Le journaliste Achille Michaud explique en quoi consistent ces nouvelles mesures de contrôle.

La création d'une zone de pêche de 200 milles suscite beaucoup d'espoir au sein de l'industrie des pêches canadiennes, puisque le Canada pourra désormais gérer ses stocks de poissons et imposer des quotas de pêche aux bateaux étrangers. Plusieurs scientifiques anticipent avec optimisme la reconstitution des populations de morues.

Dans la foulée, d'importantes sommes sont investies dans la modernisation des flottes de pêche et des usines de transformation, faisant miroiter la création de nouveaux emplois et la relance d'une industrie étouffée par la concurrence étrangère et une gestion inadéquate.

Le Canada possède le plus long littoral au monde et ses ressources halieutiques comptent parmi les plus riches des États côtiers. Il est l'un des chefs de file des négociations qui ont mené à la création des zones économiques exclusives (ZEE) de 200 milles, dans le cadre de la troisième conférence des Nations unies sur le droit de la mer amorcée en 1973.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, de nombreux pays réclamaient la gestion exclusive des ressources halieutiques et minérales de leur plateau continental et de leurs eaux côtières.

La zone de 200 milles suscite l'espoir

• L'invention de la congélation et la venue des navires-usines et de bateaux toujours plus rapides transforment de manière radicale la pêche à la morue, mais aussi l'ensemble de l'industrie halieutique.

• La congélation du poisson à bord des bateaux mène à l'abandon du séchage et du salage comme méthode de conservation. Le poisson frais peut être livré au consommateur en des temps records. L'offre se diversifie. Des poissons qui se prêtaient moins bien que la morue au salage se retrouvent désormais sur le marché.

• La Commission internationale pour les pêcheries de l'Atlantique Nord-Ouest (CIPAN) dont parle Achille Michaud est créée sous le contrôle de l'Organisation des Nations unies en 1949. À l'ère de l'industrialisation des pêches, elle travaille à la recherche de solutions visant à prévenir l'épuisement des stocks de poissons de l'Atlantique Nord-Ouest. Mais son pouvoir coercitif demeure faible. L'Organisation des pêches de l'Atlantique du Nord-Ouest (OPANO) lui succède en 1979.

• La création des zones économiques exclusives au milieu des années 1970 n'est qu'une étape dans le long processus qui a mené à l'adoption de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer en 1982. Entrée en vigueur en 1994, la convention vise à « réglementer tous les aspects de la préservation et de l'exploitation des ressources marines et des utilisations de la mer ». En 2003, 145 pays y avaient adhéré.

La zone de 200 milles suscite l'espoir

Média : Télévision

Émission : Ici, ailleurs

Date de diffusion : 18 février 1978

Invité(s) : Roméo LeBlanc

Ressource(s) : Achille Michaud

Durée : 6 min 36 s

Dernière modification :
30 avril 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
La morue : des siècles d'histoire
Télévision
15 min 55 s
La pêche à la morue a façonné le visage de la côte est canadienne, où elle se pratique depuis plus de 500 ans.
Non aux navires américains!
Télévision
2 min 34 s
Le banc Georges, très riche en morues, est l'objet d'un litige entre le Canada et les États-Unis.