Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Économie et affaires · Ressources naturelles · Les États-Unis délaissent l'amiante

Les États-Unis délaissent l'amiante

Date de diffusion : 2 octobre 1990

Malgré l'établissement de nouvelles normes industrielles, « l'or blanc » ne reluit plus guère. Le problème est que même si l'amiante friable a été interdit depuis la fin des années 1970, il demeure présent dans des millions d'édifices partout à travers le monde.

Des victimes continuent d'être affectées par ce produit qui demeure toxique pour les travailleurs d'entretien. Or, de nombreuses études démontrent que le chrysotile est sans danger lorsqu'il est utilisé dans des conditions contrôlées. Une équation que ne fait pas l'EPA (Environmental Protection Agency) dans son choix de bannir tous types d'amiante.

Les statistiques effrayantes sur les maladies reliées à l'amiante et à la mauvaise gestion des produits d'amiante friables dans les bâtiments continuent de faire peur. Les groupes de pression et les médias hissent l'amiante au rang de danger public numéro un.

Pourtant, selon le Health Effect Institute-Asbestos Research, un organisme américain, l'amiante présente dans les murs des immeubles ne constitue pas un risque pour la santé des occupants lorsqu'ils sont entretenus normalement. Il conclut également qu'il n'y a pas de raison suffisante pour justifier le déflocage des murs.

Malgré la décision de bannir l'amiante, l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) indique, dans son guide d'exploitation et d'entretien des immeubles contenant des matériaux d'amiante, l'essentiel de la plupart des études scientifiques qui sont favorables à l'utilisation du produit contrôlé.

La décision de l'EPA est portée devant la Cour d'appel des États-Unis. Le tribunal trouve l'interdiction plus dommageable que bénéfique. Le juge reproche à l'agence de ne pas avoir fait preuve de rigueur dans ses données. Le coût du remplacement des tuyaux d'amiante-ciment était disproportionné, 128 à 227 millions de dollars pour épargner trois vies au cours des treize prochaines années.

Les États-Unis délaissent l'amiante

• Le Health Effect Institute-Asbestos Research compare les risques de l'amiante à d'autres types de dangers. Le risque de mort prématurée est de 0,04 sur 10 000 pour les occupants d'un édifice isolé à l'amiante. Ceux-ci risquent moins de mourir de l'amiante que d'être foudroyé par l'éclair (0,3). Pour sa part, l'exposition secondaire à la fumée de tabac peut causer entre 5 et 20 morts. Manger une fois par semaine un steak cuit sur charbon de bois représente un danger de 0,1. Tandis que le risque de mort prématurée pour les fumeurs est de 2190.

• 90 % de la production mondiale de chrysotile sert à la fabrication de ciment. Une soixantaine de pays, aussi bien industrialisés qu'en développement, l'utilisent dans la fabrication de tuyaux, de plaques ou d'ardoises. En plus d'être économique et durable, le produit est sans risque significatif pour la santé publique et l'environnement, estiment des experts de l'Organisation mondiale de la santé.

Les États-Unis délaissent l'amiante

Média : Télévision

Émission : Plus

Date de diffusion : 2 octobre 1990

Invité(s) : Jean-Guy Bolduc, Jean Dupéré, Michel Gratton, Raymond Savoie, Henri Therrien

Ressource(s) : Catherine Kovacs, Michèle Viroly

Durée : 5 min 07 s

Dernière modification :
15 mars 2007


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
L'histoire d'un minerai fascinant
Radio
4 min 42 s
En 1876 débute une grande aventure lorsque Joseph Fecteau découvre de l'amiante dans un rang des Cantons-de-l'Est.
Le plus grand producteur d'amiante au monde
Télévision
5 min 08 s
Le Québec est le plus grand producteur au monde d'amiante. Le minerai sert à la fabrication de nombreux produits de la vie quotidienne.