Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Économie et affaires · Marchés boursiers · La Bourse en folie

La Bourse en folie

Date de diffusion : 16 octobre 1982

En août et en septembre 1982, en pleine récession, le volume des titres négociés à la Bourse de New York augmente à un rythme effréné. L'ensemble des marchés gagne 30 % de leur valeur. Mais en octobre les cours s'effondrent, et c'est la pagaille sur les parquets.

Le 16 octobre 1982, les investisseurs commencent à peine à se remettre de ce jeu de « yoyo boursier ». André Desaulniers, président de McNeil Mantha, et Alain Lacasse, directeur des opérations à la Bourse de Montréal, commentent cette chute des indices boursiers.

Les hausses ou les baisses du marché boursier sont dans la majorité des cas tributaires des perceptions psychologiques des investisseurs. Si des actionnaires pressentent une mauvaise année financière, ils sont plus susceptibles de vendre une part d'entreprise.

Comme la loi de l'offre et de la demande influence les prix des titres, les prédictions des actionnaires peuvent agir grandement sur les cours de la Bourse. Des nouvelles économiques ou des annonces de gains ou de pertes par une entreprise jouent également un rôle dans les fluctuations boursières.

Le 29 octobre 1929, le marché boursier de New York chute de 12,8 %. La panique s'empare des investisseurs et déclenche une crise économique dramatique. Comme le Canada n'avait pas de filet de sécurité sociale, une personne sans travail perdait tout pouvoir d'achat.

Depuis la fin des années 1980, il y peu de risques qu'une telle crise économique suive un krach boursier. Les banques centrales comprennent mieux les cycles économiques et interviennent plus rapidement en situation de crise.

La Bourse en folie

• Le krach du marché boursier américain du 29 octobre 1929 est en partie causé par un trop grand volume de titres vendus. L'effondrement des cours se répercute sur l'ensemble des marchés du monde.

• Le 19 octobre 1987, une autre chute brutale affecte l'indice boursier new-yorkais. Le Dow Jones chute de 22,6 % en une seule journée. Comme dans la plupart des baisses dramatiques de titres, une remontée suit rapidement la dépréciation.

• Depuis des décennies, l'indice Dow Jones, à New York, reflète la santé de l'économie américaine, donc par ricochet, celle de l'économie canadienne. La plupart du temps, la Bourse de Montréal et l'ensemble des Bourses du monde réagissent à Wall Street.

• Même si une multitude d'analystes financiers étudient chaque jour les marchés boursiers, leurs prédictions se révèlent très souvent fausses.

• Les moments de panique en temps de grande fluctuation boursière touchent surtout les spéculateurs. Ces boursicoteurs se tournent souvent vers des valeurs refuges, comme l'or ou le platine, afin d'éviter de trop grandes pertes.

• Parfois, les spéculateurs placent même leur argent dans des sociétés qui ont trouvé un gisement d'or, mais n'ont pas encore commencé à l'exploiter.

La Bourse en folie

Média : Radio

Émission : Le Magazine économique

Date de diffusion : 16 octobre 1982

Invité(s) : André Desaulniers, Alain Lacasse

Ressource(s) : Réginald Martel, Gilles Paquet, Jacques Véronneau

Durée : 13 min 32 s

Dernière modification :
2 juin 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Sur le parquet
Télévision
7 min 21 s
En 1956, un courtier de la Bourse de Montréal explique son travail et la façon dont s'effectuent les transactions.
La Bourse démystifiée
Radio
13 min 26 s
Robert Demers, président de la Bourse de Montréal en 1978, dévoile les rouages d'une place boursière.