Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Économie et affaires · Marchés boursiers · La Bourse démystifiée

La Bourse démystifiée

Date de diffusion : 27 février 1978

Malgré l'expression consacrée « jouer à la Bourse », le marché boursier n'est pas un jeu. La spéculation peut coûter cher aux investisseurs et causer faillites ou dépressions. Pour éviter le pire, les épargnants qui placent leurs capitaux à la Bourse doivent se renseigner sur les lois du marché des finances.

En 1978, Hélène Courchesne tente d'en savoir plus sur l'univers de la Bourse. Elle s'entretient avec le président de la Bourse de Montréal, Robert Demers. Le dirigeant lui explique les rudiments des opérations boursières.

Le marché des actions permet à une entreprise de financer son développement ou son expansion. Pour faire entrer leur entreprise sur le marché boursier, les propriétaires doivent d'abord emprunter de l'argent puis s'adresser à une maison de courtage.

Mais l'inscription en Bourse suit des règlements sévères. Une entreprise doit souvent avoir un actif net important et générer des profits de dizaines de milliers de dollars. Elle doit également posséder un fond de roulement et vendre des actions au public.

Pour Robert Demers, certaines règles s'appliquent pour réussir un investissement. Le président de la Bourse de Montréal recommande de diversifier ses placements, d'éviter les risques trop importants et de décider soi-même de la façon dont on investit son argent. Selon lui, il est primordial de placer son argent dans un secteur que l'on connaît.

D'autres experts affirment que la meilleure façon de se familiariser avec la Bourse est de se constituer un portefeuille fictif de valeurs avant d'investir réellement.

La Bourse démystifiée

• Après avoir dirigé la Bourse de Montréal, Robert Demers a occupé les fonctions de président de la Commission des valeurs mobilières du Québec. Il est également le fondateur d'une firme indépendante de courtage, Demers conseil inc.

• La Bourse tire des revenus de l'inscription des sociétés et de la vente d'information sur ses indices aux journaux. Elle perçoit également un montant sur chacune des transactions.

• En 1962, la Bourse de Montréal interdit les transactions de titres non compris sur les listes officielles. Cette décision permet aux consommateurs d'être informés sur toutes les entreprises inscrites à la Bourse.

• Dès son déménagement, en 1965, la Bourse de Montréal installe un système informatique dans ses locaux. Au fil des innovations technologiques, de nouveaux ordinateurs plus performants prendront place sur le parquet. L'institution souhaite ainsi faciliter l'accès aux cotes boursières.

• En 1975, la Bourse de Montréal devient le premier marché canadien à traiter des options sur actions, six mois avant Toronto.

• Les options permettent à un client d'acheter ou de vendre des titres à un prix et à une date fixés à l'avance. Elles forment un instrument de protection de placement pour les clients qui s'attendent à une fluctuation des cours du marché.

La Bourse démystifiée

Média : Radio

Émission : Présent édition métropolitaine

Date de diffusion : 27 février 1978

Invité(s) : Robert Demers

Ressource(s) : Hélène Courchesne, Robert Desbiens

Durée : 13 min 26 s

Dernière modification :
23 février 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Sur le parquet
Télévision
7 min 21 s
En 1956, un courtier de la Bourse de Montréal explique son travail et la façon dont s'effectuent les transactions.
Ronald Biron, acheteur et vendeur
Télévision
13 min 36 s
En 1980, la Bourse de Montréal permet à des investisseurs de négocier sur le parquet sans être courtier.