Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Économie et affaires · Marchés boursiers · Sur le parquet

Sur le parquet

Date de diffusion : 3 février 1956

Jusqu'à 1965, la Bourse de Montréal et la Bourse canadienne se trouvent dans l'édifice de l'actuel théâtre Centaur, dans le Vieux-Montréal. Avant cette date, le visiteur qui franchie les colonnades néoclassiques du bâtiment pénètre dans un univers étonnant. Des hommes tirés à quatre épingles, l'air préoccupé, s'activent, prennent des notes, échangent des propos ou des bouts de papier.

En 1956, Jacques Languirand explore le parquet de la Bourse de Montréal et rencontre l'un des 80 courtiers de l'endroit.

Sur le parquet, les courtiers effectuent des achats et des ventes de titres pour une maison de finance ou pour des clients qui ont placé de l'argent à la Bourse. Les courtiers tirent leur revenu en prélevant une commission sur chaque transaction. En trente secondes, ils peuvent être au courant des cotes de tous les marchés du monde.

De jeunes chasseurs en uniforme kaki reçoivent les données par téléphone et les transmettent au téléscripteur. Les indices des grandes Bourses du monde défilent ensuite sur les tableaux descripteurs.

Au début du 19e siècle, les premières transactions d'actions au Canada s'effectuent à l'Exchange Coffee House, dans le Vieux-Montréal.

En 1874, la Bourse de Montréal voit officiellement le jour. La place boursière connaît une telle croissance qu'elle doit déménager trois fois en 30 ans. En 1914, la Bourse de Montréal compte 109 sociétés inscrites à la cote. Les courtiers y négocient 10 000 actions par jour. De 1945 à 1965, la Bourse de Montréal continue son expansion et ajoute d'autres secteurs d'activité à sa liste de titres négociés.

Sur le parquet

• Pendant des décennies, les courtiers de la Bourse de Montréal ont amélioré leur processus de transactions en traçant des carrés sur le parquet. Comme chaque zone représentait un secteur d'entreprise différent, le courtier se déplaçait de l'une à l'autre en fonction des titres à négocier.

• Le terme générique de valeur mobilière, ou valeur, désigne tout titre ou certificat négociable, coté ou non en Bourse. Les parts d'entreprises ou actions, les emprunts, les bons, les obligations et les titres de rente forment différents types de valeurs mobilières.

• En 1926, un marché parallèle à la Bourse de Montréal est créé pour les titres d'entreprises trop spéculatifs, le Curb Market. En 1953, cette institution devient la Bourse canadienne.

• Pour devenir membre de la Bourse de Montréal, en 1956, un courtier devait être un homme de 21 ans et plus, détenir cinq années d'expérience en courtage, avoir acheté un siège à la Bourse et posséder un certain capital afin de protéger ses clients. De plus, la connaissance de la langue anglaise était essentielle.

• En 1965, le siège social de la Bourse de Montréal est déménagé à son emplacement actuel, dans la tour de la Bourse, face au square Victoria. La place boursière montréalaise devient l'une des plus modernes de l'époque.

• La Bourse canadienne s'incorpore à la Bourse de Montréal en 1974. Comme les deux institutions occupent déjà le même édifice, il s'agit d'une fusion juridique et administrative plutôt que physique.

Sur le parquet

Média : Télévision

Émission : Carrefour (télévision)

Date de diffusion : 3 février 1956

Invité(s) : M. Chaput

Ressource(s) : Jacques Languirand

Durée : 7 min 21 s

Son intermittent

Dernière modification :
2 avril 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
La Bourse démystifiée
Radio
13 min 26 s
Robert Demers, président de la Bourse de Montréal en 1978, dévoile les rouages d'une place boursière.
Ronald Biron, acheteur et vendeur
Télévision
13 min 36 s
En 1980, la Bourse de Montréal permet à des investisseurs de négocier sur le parquet sans être courtier.