Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Économie et affaires · Institutions financières · Vers la concentration des services financiers?

Vers la concentration des services financiers?

Date de diffusion : 4 mars 1998

Le 23 janvier 1998, les présidents des Banques de Montréal et Royale annoncent en grande pompe leur souhait d'unir les deux institutions. Le jour même, le ministre des Finances, Paul Martin, convoque les journalistes à une conférence de presse. Sans se prononcer clairement sur la fusion, il rappelle que toute modification au statut des grandes banques doit d'abord obtenir l'approbation du gouvernement canadien.

Un mois plus tard, la journaliste Geneviève Rossier résume les événements et explique pourquoi les deux grandes banques désirent se fondre en une seule.

La nouvelle du projet de fusion prend par surprise le ministre des Finances Paul Martin et beaucoup de gens d'affaires. Annoncé comme une entente historique, le projet constitue, selon le président de la Banque Royale John Cleghorn, « une réponse canadienne à la mondialisation des marchés ».

Les banques souhaitent regrouper leurs activités pour, disent-elles, améliorer la qualité de leurs services et leur compétitivité face aux banques américaines et étrangères. Le président de la Banque de Montréal, Matthew Barrett, affirme vouloir créer un « Wal-Mart » du secteur financier.

Avec l'annonce d'une éventuelle union entre la Banque Royale et la Banque de Montréal s'ouvre un débat public important. Deux questions s'opposent : la nécessité d'une concurrence entre les banques canadiennes dans le marché intérieur par rapport à leur taille sur le plan international.

Le projet de fusion crée une pression sur les autres banques. Les experts prévoient d'autres absorptions d'institutions financières. Les économistes et les chroniqueurs financiers avancent un grand nombre d'hypothèses à l'appui ou à l'encontre de ces projets éventuels.

Pour devenir réalité, le projet de fusion doit être approuvé par les actionnaires des deux banques et par Ottawa. Afin de promouvoir leurs projets, les banques lancent une campagne à l'intention des Canadiens.

Avant de prendre une décision, le ministre Paul Martin souhaite consulter les Canadiens et attendre les recommandations du Groupe de travail sur l'avenir du secteur des services financiers canadien qui se penche sur la question. Le rapport de ce comité est attendu pour septembre 1998.

Vers la concentration des services financiers?

• En 1998, les institutions financières du Canada doivent faire face à une concurrence accrue. Wells Fargo & Co., une banque américaine, permet à des entrepreneurs canadiens d'obtenir légalement des prêts bon marché par Internet. D'autres banques américaines offrent des cartes de crédit aux Canadiens à des conditions avantageuses.

• À l'annonce du projet de fusion bancaire, les actions de la Banque de Montréal et de la Banque Royale augmentent respectivement de 19 % et 5 %.

• Fondée à Halifax, en 1864, la Banque Royale est l'institution financière la plus importante au Canada depuis 1925. Au cours des années 1990, la Banque Royale a diversifié ses services par l'acquisition de compagnies d'assurances et de firmes de courtage en valeurs mobilières.

• Active en Europe, en Amérique latine, en Asie et aux États-Unis, la Banque de Montréal est la première à avoir ouvert des succursales à l'étranger. En 1998, elle offre des produits financiers aux particuliers et aux entreprises.

• La fusion Banque de Montréal-Banque Royale aurait donné naissance à la 10e banque en importance en Amérique du Nord et la 22e au monde. La nouvelle institution aurait compté 72 000 employés et eu son siège social à Montréal.

• Cette union aurait renforcé la position internationale des deux banques, surtout celle de la Banque Royale. Déjà, la moitié des profits de la Banque de Montréal provenait de ses opérations à l'extérieur du pays.

Vers la concentration des services financiers?

Média : Télévision

Émission : Le Point

Date de diffusion : 4 mars 1998

Invité(s) : Matthew Barrett, Roger Beaulieu, Émilien Bolduc, Raymond Garneau, Paul Martin, Yves Michaud, Daniel Racette

Ressource(s) : Geneviève Rossier, Jean-François Lépine

Durée : 11 min 10 s

Dernière modification :
24 mars 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
La philosophie d'un homme
Télévision
18 min 04 s
Le Dr Morgentaler affirme pratiquer des avortements par choix moral, par humanisme.
Effets dévastateurs de la thalidomide
Télévision
1 min 06 s
Les effets secondaires du médicament sont révélés aux yeux du monde, consterné par l'ampleur de la catastrophe.