Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Économie et affaires · Énergie · Les richesses de la Baie-James

Les richesses de la Baie-James

Date de diffusion : 3 mars 1991

La municipalité de la Baie-James est traversée par six des plus importantes rivières du Québec : les rivières Harricana, Nottaway, Broadback, Rupert, Eastmain et la Grande Rivière. Elles sont un site idéal pour l'érection d'infrastructures hydroélectriques. La Grande Rivière a donné son nom au complexe La Grande, qui compte huit centrales hydroélectriques. Ensemble, elles génèrent plus de 78 milliards de kWh annuels et fournissent plus de la moitié de l'électricité produite par Hydro-Québec. Vingt ans après le début des travaux de la Baie-James, en 1971, le journaliste Pierre Maisonneuve parcourt la région.

La construction de tels complexes suscitent bien des inquiétudes chez les environnementalistes et les populations locales. La communauté crie, majoritaire à la Baie-James, est hostile au développement hydroélectrique dans la région. « L'exportation d'électricité n'est pas une raison valable pour inonder nos terres », selon Matthew Coon Come, grand chef des Cris du Québec. Les Cris défendent l'intégrité de la terre qu'ils habitent et revendiquent des droits territoriaux.

Les richesses de la Baie-James

• En 1974, une entente de principe est conclue entre les gouvernements du Canada et du Québec, les Cris et les Inuits du Nouveau-Québec et Hydro-Québec. Il s'agit d'une réponse aux revendications territoriales des autochtones face au développement du potentiel hydroélectrique du Nord québécois. Cette entente conduit à la signature de la convention de la Baie-James et du Nord québécois, le 11 novembre 1975.

• Avec une superficie de 350 000 kilomètres carrés, le territoire de la Baie-James s'étend sur près du cinquième du territoire québécois.

• En 2005, les travaux se poursuivent sur le site de la Baie-James avec la construction de la centrale Eastmain-1.

• Initialement, le complexe Nottaway-Broadback-Rupert (NBR) devait être aménagé le premier. Mais la composition du sous-sol de ce secteur complique la réalisation du projet. On entreprend alors le complexe de La Grande, même s'il est situé plus au nord. La présence d'argile sous la tourbe à NBR entraîne des problèmes puisqu'elle perd en résistance après avoir subi une déformation, causant des risques de glissement de terrain.

Les richesses de la Baie-James

Média : Télévision

Émission : Découverte

Date de diffusion : 3 mars 1991

Invité(s) : André Filteau, Louis-Gilles Francoeur, Louis-Édmond Hamelin, Roméo Saganash

Ressource(s) : France Dauphin, Mario Masson

Durée : 21 min 31 s

Dernière modification :
29 décembre 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Défense et illustration de l'inuktitut
Télévision
8 min 29 s
La préservation de l'inuktitut, la langue des Inuits, se trouve au cœur des préoccupations du nouveau gouvernement.
Détourner les eaux
Télévision
5 min 34 s
Deux ans après l'annonce faite par Bourassa, les travaux de harnachement de la rivière La Grande sont amorcés.