Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Économie et affaires · Affaires · Une cartonnerie à Cabano

Une cartonnerie à Cabano

Date de diffusion : 8 septembre 1974

Le 28 août 1974, Guy Michaud, le maire de Cabano, petite ville du Bas-Saint-Laurent, lève la première pelletée de terre, qui inaugure la construction d'une cartonnerie de type populaire. Guy Saint-Pierre, ministre de l'Industrie et du Commerce, et Lucien Saulnier, de la Société de développement industriel du Québec, se déplacent à Cabano pour l'occasion.

Dans son reportage, la journaliste Lisette Morin rencontre différents acteurs du projet, dont Bernard Lemaire, le président des Papiers Cascades. Cette entreprise basée dans l'Estrie construira et dirigera l'usine.

En 1966, l'incendie du moulin à scie Fraser entraîne la perte de 500 emplois à Cabano. Dès lors, des notables de l'endroit souhaitent voir la création d'une cartonnerie afin de pallier la disparition de l'usine.

Leur vœu semble réalisé en 1969, lorsque le gouvernement de l'Union nationale donne libre accès à des terres forestières avoisinantes à la société K.C. Irving du Nouveau-Brunswick, en échange de la construction d'une usine de panneaux de particules. Mais la société ne tiendra pas ses promesses.

En août 1970, les Cabanois protestent par des défilés de voitures et des actes de vandalisme. Leur révolte se termine avec l'annulation du droit de coupe accordé à K.C. Irving par le ministre des Terres et Forêts, Kevin Drummond.

Par la suite, un « comité de survivance » lance l'idée de construire une usine de carton ondulé de type populaire. Le groupe convainc les gouvernements d'investir dans leur projet. À l'époque, plusieurs politiciens et sociologues voient en ce projet d'autonomie régionale l'émergence d'un nouveau type de solidarité.

Les Cabanois ne réussiront pas à réaliser le projet initial de cartonnerie populaire, une usine financée par les fonds des citoyens et gérée par les citoyens. Avec l'aide du gouvernement du Québec et des caisses populaires Desjardins, les Papiers Cascade inc. remplaceront plutôt l'ancien moulin à scie par une entreprise privée.

Néanmoins, la cartonnerie créera des emplois dans la région, et les moyens d'action des citoyens de Cabano seront imités ailleurs au Québec. Le maire de Cabano, Guy Michaud, partagera son expérience avec d'autres groupes populaires.

Une cartonnerie à Cabano

• Née à Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean, le 10 janvier 1924, Lisette Morin a mené une carrière de journaliste, notamment comme reporter à la radio et correspondante pour des émissions d'affaires publiques de Radio-Canada. Pendant quarante ans, cette Rimouskoise d'adoption écrit des chroniques engagées dans des hebdomadaires régionaux. À la fin de sa vie, elle signe une chronique littéraire dans Le Devoir.

• Lisette Morin succombe au terme d'une longue maladie, le 11 août 1993.

• Membre du jury du Cercle du livre de France, Lisette Morin lègue ses 5000 livres à la bibliothèque municipale de sa ville. En son honneur, la bibliothèque de Rimouski portera le nom de la journaliste. Depuis 1995, le Club de presse de Rimouski souligne les jeunes talents d'écriture journalistique du Bas-Saint-Laurent par le prix Lisette-Morin.

• En 1979, le journaliste Jean-François Lépine a écrit un mémoire de maîtrise en science politique sur le projet de cartonnerie populaire de Cabano.

• Le magazine d'information La Semaine verte débute en 1971. L'émission passe en revue les problèmes et les enjeux touchant la faune et la flore et, de façon particulière, l'agriculture, la forêt et la pêche.

• Dans son édition du 8 septembre 1974, La Semaine verte propose des reportages sur une paroisse rurale du Nouveau-Brunswick, l'exposition agricole de Québec, et la conférence sur les droits de la mer à Caracas.

Une cartonnerie à Cabano

Média : Télévision

Émission : La Semaine verte

Date de diffusion : 8 septembre 1974

Invité(s) : Bernard Lemaire, Guy Michaud

Ressource(s) : Lisette Morin

Durée : 4 min 20 s

Dernière modification :
6 octobre 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Écocertification en Colombie-Britannique
Télévision
13 min 27 s
Depuis quelques années, il existe des organismes de certification d'une bonne gestion forestière. Et il y a un marché pour le bois « écolo ».
95 % de coupes à blanc!
Télévision
6 min 51 s
Le journaliste Michel Samson fait le point sur le problème de l'abolition des concessions forestières.