Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Économie et affaires · Accords commerciaux · Les boisés privés du Nouveau-Brunswick

Les boisés privés du Nouveau-Brunswick

Date de diffusion : 1er mars 1998

À défaut d'utiliser leurs propres réserves de bois, les Américains achètent à prix d'or le bois des Provinces maritimes. Soucieux de répondre à la demande pressante, les producteurs se livrent à une coupe de bois excessive menaçant l'avenir même de la forêt.

Fort de la vitalité du secteur de la construction aux États-Unis, le prix du bois d'œuvre canadien grimpe. La forêt dense du Nouveau-Brunswick se retrouve ainsi soumise à une coupe abusive non réglementée, qui risque à terme de la décimer.

La péninsule acadienne est particulièrement touchée par cette coupe à blanc, comme l'explique Michel Nogue.

À l'instar des autres provinces, celles de l'Atlantique pourraient être contraintes de payer une surtaxe sur leurs exportations vers les États-Unis, alors qu'elle en sont dispensées depuis 17 ans.

En effet, pour mettre fin au conflit sur le bois d'œuvre qui affecte le Canada et les États-Unis, Ottawa a proposé, en mai 2003, d'instaurer un système de quotas, limitant la quantité d'exportations de bois. Toutes les compagnies canadiennes devraient donc acquitter une surtaxe sur leurs exportations de bois d'œuvre aux États-Unis.

Les boisés privés du Nouveau-Brunswick

• Le sapin baumier est l'arbre emblème du Nouveau-Brunswick.

• La société J.D. Irving Ltée -Irving Pulp and Paper, Limited- exploite une usine située sur la promenade Bayside, dans la ville de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. Près de mille tonnes de papier sort quotidiennement de l'usine.

• En juillet 2003, la compagnie a ouvert deux nouvelles serres afin d'accroître sa capacité de plants d'arbres.

• Pour les autochtones, la notion de propriété était singulière. La terre représentait un héritage commun, un legs dont ils étaient les garants et non les propriétaires. Il leur incombait donc de pourvoir à son respect et de veiller à sa pérennité.

• Il existait néanmoins certains droits ancestraux sur des territoires de chasse, des droits de passage exigés aux tribus qui les utilisait.

• La plus grande partie du bois récolté au Canada est destinée à la fabrication de bois d'œuvre, de contre-plaqué et de bois de placage. Une quantité importante du bois industriel sert cependant à la production de pâte pour la fabrication de papier.

• Au Canada, contrairement à de nombreux pays, seule une faible proportion du bois récolté est utilisée comme combustible ou bois de chauffage.

Les Provinces atlantiques bénéficiaient jusqu'à présent d'un régime d'exemption les dispensant de quotas d'exportation de bois d'œuvre vers les États-Unis. Elles n'étaient donc pas soumises à ces restrictions quantitatives qui frappent les autres provinces canadiennes depuis 1996 et pouvaient exporter autant de bois qu'elles le souhaitaient. Ce privilège est maintenant remis en question…

Les boisés privés du Nouveau-Brunswick

Média : Télévision

Émission : La Semaine verte

Date de diffusion : 1er mars 1998

Invité(s) : Georges Bouchard, Donat Breau, Peter Demarsh, Eugène Gould, Abdon Landry, Florent Vienneau

Ressource(s) : Michel Nogue

Durée : 7 min 29 s

Dernière modification :
3 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Écocertification en Colombie-Britannique
Télévision
13 min 27 s
Depuis quelques années, il existe des organismes de certification d'une bonne gestion forestière. Et il y a un marché pour le bois « écolo ».
95 % de coupes à blanc!
Télévision
6 min 51 s
Le journaliste Michel Samson fait le point sur le problème de l'abolition des concessions forestières.