Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Économie et affaires · Accords commerciaux · À qui profite le Pacte?

À qui profite le Pacte?

Date de diffusion : 9 janvier 1979

De l'avis des Américains, ce sont les Canadiens qui ont profité des retombées du Pacte, surtout en matière d'emploi. Certains congressistes ont d'ailleurs sollicité la fin de l'accord depuis 1968, mais l'administration fédérale américaine se révèle plus prudente.

L'ambassadeur des États-Unis au Canada, Thomas Enders, pondère ses propos. Selon lui, les deux pays ont tiré profit de l'entente même si le nombre d'emplois créés aux États-Unis est en deçà des prévisions.

Du côté des travailleurs canadiens, les bénéfices sont significatifs, comme l'explique Robert Dean, membre du Syndicat des travailleurs unis de l'automobile : « le Pacte nous a permis d'atteindre les objectifs de négociation que l'on visait depuis 25 ou 30 ans, c'est-à-dire la parité de salaire entre travailleurs canadiens et américains ».

Désormais un employé Ford à Oakville touche le même salaire que son confrère à Cleveland.

Le consommateur, quant à lui, ne dispose pas des mêmes bénéfices selon qu'il se trouve au nord ou au sud de la frontière canado-américaine. En effet, si la différence de prix s'est amoindrie entre les voitures vendues au Canada et celles vendues aux États-Unis, le consommateur canadien doit néanmoins acquitter un prix majoré d'environ 5 à 6 %. Cette différence s'explique par les coûts additionnels au Canada.

À qui profite le Pacte?

• En 1977, quatorze millions de véhicules ont été fabriqués en Amérique du Nord, dont deux millions au Canada.

• L'industrie automobile est vitale pour le Canada et représente à elle seule 65 % des exportations des produits manufacturés au pays.

• Environ 90 % de la production est concentrée en Ontario et assure un emploi sur six dans la province.

• En créant un marché continental nord-américain, le Pacte de l'automobile permet de rationaliser la production de véhicules.

• L'entente a ouvert les portes du Continent aux manufacturiers canadiens, entraînant une restructuration complète du secteur.

• Avant la conclusion du Pacte de l'automobile, le Canada et les États-Unis ont tenté maintes fois de nouer des alliances commerciales, notamment en 1869 et en 1871, sous le gouvernement de John A. Macdonald; en 1897 et en 1911 sous l'impulsion de Wilfrid Laurier; puis en 1935 et 1938. En 1948, un projet d'entente canado-américaine est finalement rejetée par Mackenzie-King en 1948.

À qui profite le Pacte?

Média : Radio

Émission : Aux vingt heures

Date de diffusion : 9 janvier 1979

Invité(s) : Thomas Enders

Ressource(s) : Pierre Pilon

Durée : 2 min 14 s

Dernière modification :
6 juin 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Emprise des États-Unis sur l'industrie automobile
Télévision
8 min 58 s
Au Canada, l’industrie de l’automobile dépend des capitaux américains dont les filiales canadiennes assument le rôle de succursales.
Automobile : vers un marché libre?
Radio
3 min 34 s
Créer un marché commun de l'automobile et libéraliser le commerce entre le Canada et les États-Unis : tels sont les objectifs du Pacte de l'automobile.