Vous devez activer JavaScript Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · C'est arrivé le... · 30 décembre 1988

Incendie dans les bureaux d'Alliance Québec

Date de diffusion : 30 décembre 1988

Il n'y avait personne dans les locaux d'Alliance Québec en cette fin de journée de décembre 1988, comme l'explique le président du groupe de pression anglophone, Royal Orr, au micro de Jacques Rivard.

L'enquête de la police ne commence cependant que quelques jours après les faits, à cause des congés des fêtes de fin d'année. Mais la piste de l'incendie criminel est rapidement soulevée, des accélérants et du papier journal ayant été trouvés sur les lieux.

L'incendie se produit au moment où les tensions entre les communautés francophone et anglophone sont fortes. Le 17 décembre, deux jours après que la Cour suprême eut donné raison aux anglophones qui contestaient la loi sur la langue d'affichage (voir notre dossier Loi 101 : l'avenir du français?), des milliers de personnes étaient descendues dans les rues de Montréal pour manifester leur colère. Le 18 décembre le gouvernement libéral de Robert Bourassa adoptait en vitesse le projet de loi 178.

Le 6 janvier 1989, Royal Orr ajoute de l'huile sur le feu, lançant lors d'une conférence de presse que les Québécois francophones ne peuvent rester silencieux face à l'incident car, conclut-il, « …qui ne dit mot consent ».

Vers la mi-janvier la machine à rumeurs s'emballe et les médias annoncent l'arrestation imminente de Royal Orr, que la police soupçonne d'être l'auteur de l'incendie criminel. Le président d'Alliance Québec poursuivra d'ailleurs, pour un montant de 400 000 $, Le Journal de Montréal et Télé-Métropole (aujourd'hui TVA) pour l'avoir faussement tenu responsable de l'incendie.

L'enquête policière se termine le 7 février 1989 sans qu'aucune accusation ne soit portée. L'incendie criminel de la rue Crescent ne sera jamais élucidé.

Incendie dans les bureaux d'Alliance Québec

• Alliance Québec est un groupe de pression fondé en mai 1982. Son mandat est de préserver et de mettre en valeur les communautés et les institutions anglophones du Québec.

• Pour l'année 1987-1988, Alliance Québec, qui représente quelque 500 000 Anglo-Québécois, a reçu une subvention de 1 143 500 $ du gouvernement fédéral. En comparaison, la Fédération des francophones hors Québec, qui défend les intérêts de près d'un million de francophones, a reçu 730 482 $ cette même année.

• En novembre 1989, le commissaire aux incendies Cyrille Delage remet un rapport dans lequel il conclut que l'incendie d'Alliance Québec était un acte prémédité, posé par une ou plusieurs personnes qui possédaient une clé des locaux.

• Cyrille Delage souligne que l'enquête aurait pu débuter plus rapidement, mais il félicite les policiers enquêteurs pour leur travail.

• Le 30 décembre 1989, la police classe le dossier.

• En février 1989, Royal Orr quitte la présidence d'Alliance Québec pour devenir animateur à la radio anglophone CJAD. Il lui restait sept semaines de mandat. Robert Keaton, ancien juge à la Cour fédérale en matière d'immigration et de protection des réfugiés, lui succède.

• Après des années fastes, l'étoile d'Alliance Québec commence à pâlir au tournant du 21e siècle. En 2005, l'organisme traîne 276 000 $ de dettes et est forcé de vider ses bureaux.

Incendie dans les bureaux d'Alliance Québec

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 30 décembre 1988

Invité(s) : René Beaulieu, Alfonso Brisindi, Michel Gauvreau, Jean Lafaille, Royal Orr

Ressource(s) : Céline Galipeau, Jacques Rivard

Durée : 2 min 20 s

Dernière modification :
28 décembre 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Consultez une autre date
D L M M J V S
consultez tous les événements du mois
Aussi un 30 décembre 
Qui a mis le feu à Alliance Québec?
30 décembre 1988
Le commissaire aux incendies encense le travail des enquêteurs, malgré le fait que le crime reste impuni.
Télévision
2 min 14 s

Découvrez aussi
Une seule langue : le français
Radio
3 min 12 s
1er avril 1977
Après 110 ans de bilinguisme, le gouvernement du Québec veut faire du français la seule langue officielle de la province.
Qui a mis le feu à Alliance Québec?
Télévision
2 min 14 s
30 décembre 1988
Le commissaire aux incendies encense le travail des enquêteurs, malgré le fait que le crime reste impuni.