Vous devez activer JavaScript Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · C'est arrivé le... · 13 décembre 1979

Chute du gouvernement de Joe Clark

Date de diffusion : 13 décembre 1979

Les conservateurs de Joe Clark remportent les élections du 22 mai 1979, mais forment un gouvernement minoritaire. Mal préparé à diriger le pays et peu enclin aux concessions, le gouvernement de Joe Clark connaît un règne bref, 231 jours seulement.

Le 13 décembre 1979, le NPD soumet à la Chambre des communes une motion de censure sur le budget du gouvernement conservateur déposé deux jours auparavant. Libéraux et néo-démocrates unissent leurs voix pour provoquer la chute des conservateurs. Le vote se conclut avec 139 voix en faveur de la motion et 133 contre. Le Téléjournal présente les points de vue des partis.

Les conservateurs prennent plusieurs décisions impopulaires durant leur mandat de sept mois, telles que la hausse des taux d'intérêt et les concessions faites à l'Alberta sur ses revenus pétroliers. La vente de Petro-Canada, que le NPD avait contribué à créer en 1975, provoque la colère des néo-démocrates. Mais la décision la plus contestée aux yeux de l'opposition demeure l'augmentation de la taxe sur l'essence de 18 cents le gallon (environ 4 cents le litre) présentée dans le budget du 11 décembre.

L'entêtement des conservateurs minoritaires à faire adopter leur budget, sans les modifications exigées par l'opposition, ne sera que la goutte de trop dans un vase déjà plein.

Les élections sont fixées au 18 février 1980. Pour la première fois, les Canadiens doivent affronter la rigueur de l'hiver pour aller voter. Revenu à la tête des libéraux, Pierre Trudeau porte son parti au pouvoir avec une majorité de 147 sièges. Les maladresses des conservateurs durant leur mandat causent la perte de 33 députés. Ils en font élire 103. De son côté, le NPD fait passer son nombre de sièges de 26 à 32.

Le vote se régionalise plus que jamais. Alors que les libéraux sont incapables de faire des gains à l'ouest de Winnipeg, les conservateurs de Joe Clark ne décrochent qu'un seul siège au Québec.

Chute du gouvernement de Joe Clark

• Le 21 novembre 1979, Pierre Trudeau annonce son intention de quitter la vie politique au printemps 1980. Sous l'influence de ses pairs, il reviendra sur sa décision trois semaines plus tard.

• Pour le NPD et son chef Ed Broadbent, le vote de la motion de censure déposée le 13 décembre 1979 est hautement stratégique. Devant la débâcle des conservateurs et le silence des libéraux, dépourvus de chef, M. Broadbent voit une occasion en or non seulement de redonner un élan à son parti, mais d'accéder au pouvoir.

• Pour atténuer les effets de la crise mondiale du pétrole au début des années 1970, et assurer aux Canadiens un approvisionnement à meilleur coût, Ed Broadbent exige la nationalisation du pétrole. C'est dans ce contexte que le NPD impose aux libéraux minoritaires de 1973 la création de Petro-Canada. Les conservateurs profitent de leur passage au pouvoir en 1979 pour vendre les actifs de la société d'État.

• Aux élections du 30 octobre 1972, la population opte pour un gouvernement minoritaire libéral. Le parti de Pierre Trudeau amasse 109 sièges contre 107 pour les conservateurs de Robert Stanfield. Le NPD dirigé par David Lewis récolte pour sa part 31 sièges.

Chute du gouvernement de Joe Clark

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 13 décembre 1979

Invité(s) : Ed Broadbent, Jean Chrétien, Joe Clark, Heward Grafftey, Marcel Lessard, Fabien Roy, Claude Ryan

Ressource(s) : Bernard Derome, François Perreault, Jean-Marc Poliquin, Paul Racine, Jacques Rivard, Michel Roy

Durée : 31 min 59 s

Dernière modification :
28 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Consultez une autre date
D L M M J V S
consultez tous les événements du mois
Découvrez aussi
Élections fédérales : d'une campagne à l'autre
Dossier
À chaque campagne électorale canadienne, les chefs de partis mènent une bataille sans merci pour prendre le pouvoir.
Ed Broadbent, entre le coeur et la raison
Dossier
Social-démocrate dans l'âme, Ed Broadbent est demeuré au cours de sa carrière comme chef du NPD le politicien préféré des Canadiens.