Vous devez activer JavaScript Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · C'est arrivé le... · 9 décembre 1975

Esdras Minville, l'économiste engagé

Date de diffusion : 12 décembre 1975

L'économiste Esdras Minville meurt le 9 décembre 1975, après avoir souffert pendant des années de la maladie de Parkinson.

Quelques jours après sa mort, le journaliste Gilles Léveillé constate qu'Esdras Minville demeure inconnu des étudiants de l'École des hautes études commerciales de Montréal (HEC Montréal). En deuxième partie de ce reportage, Roger Charbonneau, homme d'affaires et ex-directeur de HEC Montréal, remet les pendules à l'heure et qualifie Minville de penseur courageux et d'excellent praticien des sciences économiques.

Dès 1924, Esdras Minville est professeur à HEC Montréal, d'abord à temps partiel, puis à temps plein à partir de 1927. Directeur de l'École de 1938 à 1962, il enseigne pendant cette période l'histoire économique du Canada.

Au cours de sa carrière, Esdras Minville s'intéresse à l'économie du Canada français. Il écrit des dizaines d'articles sur ce thème dans les revues L'Action nationale et L'Actualité économique. Il publie aussi quelques livres : Invitation à l'étude (1945), L'Homme d'affaires (1945) et Le Citoyen canadien-français (1946).

Esdras Minville est né le 7 novembre 1896, à Grande-Vallée, près de Gaspé. Cadet d'une famille de onze enfants, il s'initie très jeune à la pêche et à l'agriculture.

En 1917, après des études secondaires à Montréal, Esdras Minville travaille pendant deux ans en Gaspésie, dans une usine de papeterie. De retour à Montréal, il termine, en 1922, des études en sciences commerciales à HEC Montréal. Par la suite, Esdras Minville mène une carrière alliant réflexion intellectuelle et action directe sur le milieu.

Esdras Minville, l'économiste engagé

• En 1925, Esdras Minville participe à la création de la revue L'Actualité économique. Il en est le secrétaire général de 1929 à 1938.

• Fondée en 1907, HEC Montréal est la première école de gestion à voir le jour au Canada. En 1938, Esdras Minville devient son troisième directeur, le premier d'origine québécoise.

• En 1931, Esdras Minville se marie à Alice Demers. Le couple aura trois enfants : Thérèse, Jean et Pierre.

• En 1938, la première coopérative forestière du Québec voit le jour à Grande-Vallée. Ce modèle, créé d'après les recommandations d'Esdras Minville, sera reproduit dans de nombreux villages de la province.

• L'héritage le plus précieux légué par Esdras Minville est la collection de livres sur l'économie et la société du Québec, qu'il dirige dans les années 1940 : Études sur notre milieu.

• De 1944 à 1951, Esdras Minville est commissaire provincial de la Fédération des scouts catholiques. Pour lui, la vie scoute revêt une grande importance, puisqu'elle permet aux jeunes de s'initier aux valeurs civiques du respect et de la probité.

Esdras Minville, l'économiste engagé

Média : Radio

Émission : Présent édition métropolitaine

Date de diffusion : 12 décembre 1975

Invité(s) : Roger Charbonneau

Ressource(s) : Pierre Baril, Gilles Léveillé

Durée : 9 min 01 s

Photo : Archives-HEC Montréal, Fonds du Secrétériat général, A008/XPH,0001

Dernière modification :
3 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Consultez une autre date
D L M M J V S
consultez tous les événements du mois
Aussi un 12 septembre 
Hommage aux pionniers de HEC Montréal
9 décembre 1975
Esdras Minville raconte les débuts de l'École des hautes études commerciales de Montréal et son importance pour la société canadienne-française.
Radio
12 min 55 s

Découvrez aussi
Hommage aux pionniers de HEC Montréal
Radio
12 min 55 s
9 décembre 1975
Esdras Minville raconte les débuts de l'École des hautes études commerciales de Montréal et son importance pour la société canadienne-française.
Éducation, la fin d'un système
Dossier
À l'aube des années 1960, la formation universitaire est encore peu accessible au Québec.