Vous devez activer JavaScript Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · C'est arrivé le... · 16 novembre 1885

Louis Riel vu par les historiens

Date de diffusion : 4 avril 1978

Les historiens ne s'entendent pas sur l'état psychologique de Louis Riel au moment de la bataille de Batoche, en 1885. Certains affirment que sa ferveur religieuse frôlait la folie, alors que d'autres jugent qu'il était parfaitement sain d'esprit. Plusieurs auteurs s'interrogent aussi sur la régularité du procès qui a mené à sa condamnation.

À la fin des années 1970, l'historien Robert Painchaud s'intéresse aux différentes interprétations de la vie et du procès de Louis Riel.

Louis Riel fut-il pendu au terme d'un procès truqué? Ce serait le cas, selon certains auteurs, notamment par le choix prémédité de six jurés anglophones et protestants. Des biographes ont également vu dans le procès un règlement de compte des Ontariens qui voulaient la tête du chef métis afin de venger l'exécution de Thomas Scott.

MacDonald avait en effet intérêt à condamner Louis Riel pour conserver l'appui politique de l'Ontario. Après deux pourvois en appel rejetés et trois examens psychiatriques de Riel, le cabinet fédéral approuve le verdict de peine de mort.

La lucidité de Louis Riel, notamment lors de son procès, suscite toujours bien des débats. Des historiens ont associé ses comportements inhabituels à une vocation religieuse pour sauver son peuple plutôt qu'à des problèmes psychologiques.

Selon d'autres auteurs, les crises de paranoïa et de mysticisme de Riel se sont limitées à la période de 1875 à 1878, au moment où on tentait de l'assassiner. Qu'il ait été fou ou visionnaire, le chef métis aura conservé durant son procès et son séjour en prison une grande sérénité.

Louis Riel vu par les historiens

• En février 1885, le premier ministre John A. MacDonald crée une commission sur les réclamations des Métis. Il refuse cependant d'aborder les problèmes des Métis avec Louis Riel.

• La défaite des Métis à Batoche et la pendaison de Louis Riel ont poussé plusieurs Métis à déménager sur les terres de l'actuelle Alberta.

• Liés par le sang, la langue et la religion avec Louis Riel, environ 50 000 Canadiens français manifestent, le 22 novembre 1885, à Montréal, contre les conservateurs de MacDonald, coupables à leurs yeux de trahison envers Riel et les Métis.

• Au Québec, le chef du Parti libéral Honoré Mercier profite de la baisse de popularité des conservateurs pour prendre le pouvoir en 1887. Sur la scène fédérale, Wilfrid Laurier, chef du Parti libéral voit sa popularité croître à la faveur de ses sympathies envers Riel.

• Louis Riel fut le dernier condamné à mort pour haute trahison au Canada. Sur le territoire canadien, d'autres accusés avaient écopé de la même sentence en 1812 et en 1837.

• Robert Painchaud, historien et cofondateur du Centre d'études franco-canadiennes de l'Ouest, meurt en 1978 lors d'un écrasement d'avion, à Terre-Neuve. Les Éditions des Plaines, de Saint-Boniface, ont publié en 1986 son livre posthume, Un rêve français dans le peuplement de la Prairie.

Louis Riel vu par les historiens

Média : Radio

Émission : La Vie quotidienne

Date de diffusion : 4 avril 1978

Invité(s) : Robert Painchaud

Ressource(s) : Lizette Gervais

Durée : 8 min 40 s

Dernière modification :
19 novembre 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Consultez une autre date
D L M M J V S
consultez tous les événements du mois
Découvrez aussi
La Ferrari de Villeneuve en déclin
Radio
11 min 06 s
Huit mois avant son accident, Gilles Villeneuve décrit sa nouvelle voiture Ferrari comme étant très mauvaise.
En Acadie, le jour de l'Halloween
Radio
10 min 46 s
Les rituels entourant la fête des Morts varient selon les pays. Lumières et nourritures sont souvent offertes aux défunts.