Vous devez activer JavaScript Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · C'est arrivé le... · 21 août 2002

La fin d'un règne : partir la tête haute...

Date de diffusion : 21 août 2002

Scandales, remise en cause de la capacité de leadership de Jean Chrétien, luttes de pouvoir internes avec ses successeurs éventuels, qui ont notamment entraîné le départ de Paul Martin. Décidément, l'étoile du premier ministre ne fait que pâlir. Le 21 août 2002, Chrétien prend tout le monde par surprise et annonce qu'il quittera la politique en février 2004. L'annonce ne freinera pas les ardeurs de ses détracteurs. Mais l'heure est au respect et à l'hommage, comme en témoignent les réactions de ses pairs recueillies par le journaliste Maurice Godin.

Bien qu'il soit de plus en plus contesté, Jean Chrétien entend laisser sa marque sur la scène internationale. En décembre 2002, le Canada ratifie le protocole de Kyoto et soulève l'ire de l'Alberta qui n'a pas donné son accord.

Sur le plan des relations canado-américaines, Chrétien choque et étonne. Déjà, depuis le 11 septembre 2001, les problèmes frontaliers causent bien des maux de tête aux administrations des deux pays. Le refus de Chrétien d'appuyer les États-Unis lors de la guerre en Irak force le respect au pays mais crée un important froid diplomatique.

La fin d'un règne : partir la tête haute...

• En juin 2002, le conflit entre Jean Chrétien et son ministre des Finances Paul Martin devient si aigu que Chrétien lui demande de quitter le cabinet. Redevenu simple député, Martin a désormais les coudées franches pour préparer sa propre campagne, ce qui lui donne une forte longueur d'avance sur ses adversaires. Des nombreux candidats qui se présentent à la course à la succession, il est le seul qui tient la route. Les autres, tels John Manley ou Allan Rock, se désistent ou se rallient, à l'exception de Sheila Copps qui, tenace, traîne loin derrière jusqu'à ce qu'elle concède la victoire à Paul Martin lors du congrès d'investiture en novembre 2003.

• Sur la scène internationale, il faut noter aussi la signature du traité d'Ottawa sur l'abolition des mines antipersonnel en 1997.

• Au pays, Chrétien réveille des passions qui ne sont pas sans rappeler les débats entourant l'adoption du fameux « bill omnibus » de Trudeau en 1969. Il ouvre la porte à la reconnaissance du mariage entre conjoints de même sexe, mais laisse à son successeur le soin de terminer le travail.

• Le 18 novembre 2003, Jean Chrétien annonce qu'il quittera ses fonctions plus tôt que prévu, soit le 12 décembre, date à laquelle le nouveau chef du Parti libéral Paul Martin devient le 21e premier ministre du Canada.

La fin d'un règne : partir la tête haute...

Média : Radio

Émission : Sans frontières

Date de diffusion : 21 août 2002

Invité(s) : Carole-Marie Allard, Claudette Bradshaw, Jean Chrétien, Nick Discepola, Paul Martin, Dan McTeague, Marcel Proulx, Lucienne Robillard, Allan Rock

Ressource(s) : Maurice Godin, Frédéric Nicoloff

Durée : 11 min 32 s

Dernière modification :
18 mars 2011


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Consultez une autre date
D L M M J V S
consultez tous les événements du mois
Découvrez aussi
Lester B. Pearson élu premier ministre
Télévision
41 s
8 avril 1963
Le 8 avril 1963, le libéral Lester Bowles Pearson, dit Mike Pearson, remporte les élections et devient le 14e premier ministre de l'histoire du Canada.
Robert Bourassa, premier ministre à tout prix
Dossier
De 1966 à 1996, Robert Bourassa occupe une place importante dans la vie politique québécoise.