Vous devez activer JavaScript Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · C'est arrivé le... · 5 août 1940

L'internement de Camillien Houde

Date de diffusion : 18 février 1967

Le 2 août 1940, Camillien Houde convoque les journalistes pour rendre publique son opposition à l'enregistrement national prévu par le gouvernement fédéral. Trois jours plus tard, le maire de Montréal est arrêté par la Gendarmerie royale à sa sortie de l'hôtel de ville. Après avoir été interrogé, il est amené au camp de Petawawa en Ontario. Refusant de désavouer ses propos, il est détenu pendant quatre ans.

Vingt-cinq ans plus tard, l'historien Robert Rumilly donne sa version des événements. L'ancien directeur du Devoir, Gérard Filion, affirme que l'internement était injustifié.

Dans son discours du 2 août, Camillien Houde se dit absolument contre l'enregistrement national. Il voit la création d'un répertoire des hommes en âge de combattre comme étant similaire à une mesure de conscription. Il ne se croit pas tenu de se conformer à cette loi et demande à la population de ne pas s'y plier.

Dès le lendemain, le quotidien anglophone The Gazette publie la déclaration malgré une interdiction de la censure. Comme le gouvernement n'arrête pas le maire pour ses propos, The Gazette demande expressément son arrestation le 5 août. Vu la crainte de représailles, personne ne s'y oppose.

Au camp de Petawawa, Camillien Houde passe son temps à couper du bois avec des prisonniers allemands, italiens et des espions supposés ou réels. Son seul contact avec le monde extérieur est une correspondance avec sa femme.

En 1941, le maire est déplacé à Fredericton, dans un camp où il peut recevoir des visites de sa famille. Lors du plébiscite sur la conscription, en avril 1942, Camillien Houde devient un véritable martyr pour les opposants au projet.

L'internement de Camillien Houde

• Le 2 avril 1928, Camillien Houde est élu maire de Montréal pour la première fois. Il occupera ce poste à sept reprises. Tribun hors pair, Houde est aussi élu député indépendant de la circonscription de Sainte-Marie à l'Assemblée nationale en octobre 1939.

• Après quatre ans de détention, Camillien Houde est libéré le 14 août 1944. Acclamé à son arrivée à la gare Windsor, il est réélu dès l'automne et demeure maire de la métropole jusqu'en 1954. Houde remporte également en 1949 l'élection fédérale dans la circonscription de Montréal-Papineau comme candidat indépendant.

• Le Parti libéral fédéral est réélu en mars 1940 en promettant dès l'automne 1939 de ne pas imposer la conscription. Mais une fois la France défaite, en juin 1940, la peur de voir la Grande-Bretagne vaincue par l'Allemagne pousse le gouvernement de Mackenzie King à imposer l'enregistrement national aux Canadiens.

• Le ministre de la Justice Ernest Lapointe signe le mandat d'arrêt de Camillien Houde, émis en vertu de la Loi sur les mesures de guerre. Une fois emprisonné, le maire de Montréal est remplacé par Adhémar Raynault.

• Dans les années 1930, le maire Camillien Houde donne son aval à de grands travaux municipaux, dont le Jardin botanique, afin de donner du travail aux chômeurs. Il introduit aussi à Montréal des vespasiennes (urinoirs publics pour les hommes), appelées les « camilliennes » en son honneur.

• En 1939, Camillien Houde est fait chevalier de l'Empire britannique après avoir rencontré le couple royal. La même année, il est nommé chevalier de la Légion d'honneur française, et l'Italie lui remet le titre de commandeur de l'Ordre de la Couronne.

L'internement de Camillien Houde

Média : Radio

Émission : L' Histoire comme ils l'ont faite

Date de diffusion : 18 février 1967

Invité(s) : Gérard Filion, Robert Rumilly

Ressource(s) : Louis Aubert

Durée : 5 min 04 s

Dernière modification :
21 juillet 2010


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Consultez une autre date
D L M M J V S
consultez tous les événements du mois
Découvrez aussi
Draft-dodgers : insoumis, déserteurs et réfractaires
Dossier
Pendant la guerre du Vietnam, entre 50 000 et 100 000 jeunes Américains se réfugient au Canada pour éviter d'aller au front.
L'ennemi intérieur 1939-1945
Dossier
Pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux Canadiens d'origine italienne, japonaise et allemande ont été internés dans des camps à travers le Canada.